1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quand De Gaulle invitait pour la première fois la presse à l'Elysée
Le Parisien28/04/2019 à 07:43

Quand De Gaulle invitait pour la première fois la presse à l'Elysée

C'était sa première conférence de presse organisée à l'Elysée. Jeudi, Emmanuel Macron a multiplié les annonces fiscales et institutionnelles avant de répondre aux questions des journalistes, qui étaient plus de 300 dans la salle. Ce rendez-vous, qui avait initialement été programmé la semaine précédente, a été reporté du fait de l'incendie de Notre-Dame. Un exercice qualifié de gaullien, qui rappelle la première conférence de presse du général fraîchement élu à l'Elysée en 1959.Le rideau se referme derrière le personnage principal, qui vient d'arriver sur scène. Les 500 spectateurs, qui s'étaient levés comme un seul homme, se rassoient. Le spectacle peut commencer. Quelques semaines plus tôt, c'est « La Poudre aux yeux » qui avait été jouée ici même par la troupe de la Comédie française. Et cette fois-ci, Dom Juan ? Les fourberies de Scapin ? Non, plutôt... « De Gaulle en son Palais » ! Ce 25 mars 1959, le général, élu président trois mois plus tôt, donne sa première conférence de presse à l'Elysée. LIRE AUSSI > Mai-décembre 1958 : le retour du général de GaulleIl y a foule dans la salle des fêtes. C'est la première fois que les journalistes sont invités - ou plutôt convoqués -- à la présidence de la République. De Gaulle use du « Mesdames et Messieurs », même si de très rares têtes féminines peinent à émerger dans cette assemblée en costume cravate. C'est parti pour 53 minutes de show. « Depuis trois quarts de siècle, l'Elysée était le temple de la République, un lieu sacré réservé à la méditation et à l'apparat. On n'y parlait qu'à voix basse, de peur sans doute de réveiller des souvenirs », rappelle un reporter de Paris Match, qui ne cache pas son enthousiasme.De Gaulle est assis derrière un petit pupitre, sur lequel ne reposent qu'un double micro à fil et quelques feuilles de notes, qu'il regarde à peine. Pas de prompteur en face du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer