1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Qu'il mette plus les pieds dans la boue» : les électeurs de Macron ne coupent pas les ponts
Le Parisien28/12/2018 à 06:18

«Qu'il mette plus les pieds dans la boue» : les électeurs de Macron ne coupent pas les ponts

Le ciel est bas et gris. Ce lundi 24 décembre, à Angers (Maine-et-Loire), le centre-ville fourmille. Plus que quelques heures avant le réveillon, les files d'attente s'étirent le long des boulangeries et des chocolateries. Préliminaires aux tablées festives que chaque famille aura arrangées à sa façon, selon ses moyens. Pimentées d'un presque sempiternel ingrédient, qui excite les uns et déprime les autres, la discussion politique. Cette année elle aura forcément été teintée de jaune, avec le match de ce début d'hiver : Gilets jaunes versus Macron.LIRE AUSSI > Gilets jaunes : et si Emmanuel Macron en profitait ?La place du Ralliement, où se tient le marché de Noël, a plusieurs fois accueilli des rassemblements de Gilets jaunes. La cité angevine est une terre de droite, avec un maire Les Républicains, mais elle avait pourtant placé le candidat Macron en tête en 2017 (à 30 %, devant Fillon à 22 %). La gestion de cette crise a-t-elle fâché Emmanuel Macron avec ceux qui, il y a un an et demi, lui avaient accordé leur confiance ?«Il ne répond pas au mal-être exprim黫 J'avais une bonne opinion de lui... mais il a fait la sourde oreille, il ignore les gens », peste Marie, employée dans les assurances de 34 ans, croisée à côté des petits chalets de bois rouge ou bleu du marché de Noël. Fâchée. Elle dit d'elle-même « Je suis Gilet jaune » comme on disait « Je suis Charlie ».Dans un des chalets, Benoît, 48 ans, plusieurs vies derrière lui, désormais brasseur artisanal, avait aussi voté Macron en 2017. « Moi je n'ai pas voté pour lui, j'ai voté pour le changement », tient à préciser le quadra grisonnant entre deux bières vendues. « Il a mis trop de temps à réagir, pourtant il a des conseillers payés 20 000 boules... En fait il incarne le modèle du grand cadre dirigeant d'entreprise », reprend-il. Angers, lundi 24 décembre. «Macron a mis trop de temps à réagir», estime Benoît, 48 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • schrett
    28 décembre11:04

    «Qu'il mette plus les pieds dans la boue» : ce n'est pas le rôle d'un Président. Le rôle qui lui est dévolu, d'après notre Constitution, est justement de rester au dessus de la mêlée.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer