Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PSA veut une baisse du coût du travail, Ayrault dubitatif

Reuters13/07/2012 à 20:48

LE COÛT DU TRAVAIL EN EUROPE

PARIS/NANTES (Reuters) - Le numéro un de PSA Peugeot Citroën espère que le plan automobile du gouvernement permettra de baisser le coût du travail, un souhait accueilli tièdement par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, au lendemain de l'annonce de 8.000 suppressions de postes chez le constructeur.

Philippe Varin a également insisté vendredi sur la nécessité de préserver la capacité d'innovation de la filière, qui plaide en particulier pour un maintien du crédit impôt recherche.

"Je comprends l'émotion et je comprends la vigilance, mais j'attends aussi de voir le 25 juillet quel pourra être le plan du gouvernement de soutien à l'ensemble de la filière automobile", a dit le président du directoire de PSA sur RTL.

"Ce plan, nous sommes absolument prêts à y contribuer (...), nous ne demandons pas une aide directe, la prime à la casse c'est du dopage (...). Par contre, sur les coûts pour restaurer nos marges, il y a une marge de flexibilité sur le coût du travail (...), donc il faut baisser les charges qui pèsent sur le travail de manière massive", a-t-il ajouté.

Jean-Marc Ayrault a répliqué que "ce serait un peu facile que le PDG de cette entreprise se défausse en disant : traitez la question du coût du travail, et tout sera résolu".

"J'ai dit à la conférence sociale que le gouvernement était prêt à engager une réflexion sur le financement de notre système de protection sociale, mais ce n'est pas la question aujourd'hui avec l'annonce du groupe Peugeot", a ajouté le Premier ministre devant des journalistes lors d'un déplacement à Nantes.

Le gouvernement a confié à l'ancien président d'EADS, Louis Gallois, une mission sur la compétitivité des entreprises pour préparer la mise en oeuvre de mesures avant la fin de l'année.

Il a par ailleurs annoncé que le financement de la protection sociale serait réformé en 2013, un moyen de déplacer une partie des prélèvements du travail vers une autre assiette.

MESURES VERTES

Philippe Varin insiste d'autre part dans un entretien au quotidien Libération sur les mesures de soutien aux véhicules émettant moins de CO2, comme le bonus-malus actuellement en vigueur, sur des actions sur le crédit automobile, et sur la fiscalité des achats de flottes de voitures par les entreprises.

Le premier constructeur automobile français, confronté depuis l'été dernier à une chute de ses ventes en Europe, notamment du Sud, a annoncé jeudi 8.000 nouvelles suppressions d'emplois et la fermeture de son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Le ministre du Redressement progressif, Arnaud Montebourg, a déclaré dans la soirée que le groupe n'avait pas à ses yeux apporté des justifications suffisantes pour expliquer ce plan.

"Nous n'avons rien à cacher et d'ailleurs, avec les pouvoirs publics, nous sommes d'une totale transparence sur la gravité de la situation, sur le plan que nous prenons", a dit Philippe Varin.

Prié de dire si ses décisions étaient négociables, il a répondu qu'il existait une marge de manoeuvre dans la manière dont elles seraient appliquées.

"Nous avons pris un engagement, c'est que le dialogue social serait exemplaire, ça veut dire qu'il y a bien sûr des marges de liberté dans la manière dont nous allons appliquer le plan."

Sur la reconversion du site d'Aulnay, où il a exclu une opération immobilière, Philippe Varin a ainsi souligné que les pouvoirs publics avaient un rôle à jouer.

"Nous allons pouvoir attirer d'autres entreprises et là, avec l'Etat, nous pouvons faire un travail commun", a-t-il dit.

Sur le calendrier de l'annonce de la fermeture de l'usine de Seine-Saint-Denis, Philippe Varin a confirmé que le choix d'annoncer cette décision après les dernières élections ne devait rien au hasard.

"Nous avons pris la décision dans le premier semestre, évidemment c'est une décision tellement importante qu'il n'était pas question d'en faire un enjeu de la période électorale. Nous avons attendu, dès que possible nous avons pu le faire", a-t-il dit.

Gilles Guillaume à Paris et Guillaume Frouin à Nantes, édité par Jean-Baptiste Vey

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.