1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PS : Bartolone siffle la fin des conflits et reproche une «faute» à Valls
Le Parisien23/10/2014 à 15:39

PS : Bartolone siffle la fin des conflits et reproche une «faute» à Valls

Un peu comme un surveillant d'internat, Bartolone siffle la fin de la turbulente récré. Après le ragoût explosif qui a mijoté toute la journée de mercredi dans les cuisines du Parti socialiste, le président de l'Assemblée nationale, a posté un billet sur son blog, intitulé «Maintenant, ça suffit !». «Avons-nous seulement conscience, nous socialistes, de la brutalité des formules que nous nous jetons à la figure, ces temps-ci ? A quoi jouons-nous exactement ? Ici, nous serions des passéistes, sommés de changer le nom du Parti socialiste - quelle étrange idée. Là, notre politique menacerait la République - rien de moins», écrit-il en allusion aux formules employées la veille par Manuel Valls dans son interview à «L'Obs» et par le député et ex-ministre Benoît Hamon.

Et de leur demander d'arrêter de gonfler «artificiellement nos différences». «Ça suffit, ces délits de faciès et ce procès lancinant en 'social-traîtrise' lorsque nous menons la politique qui doit être conduite dans l'intérêt du pays. Vous trouvez que nos 50 milliards d'économies - indispensables - sont de droite ? Essayez donc les 120 milliards de l'UMP, vous verrez...», écrit Bartolone en défense de l'exécutif.

Ce jeudi matin, l'ancien patron du département de la Seine-Saint-Denis joue encore les maîtres d'école et tance le locataire de Matignon en s'adressant directement à lui : «Cher Manuel, c'est une faute (de vouloir changer le nom du PS). Concentre toi sur ton travail de Premier ministre !», a-t-il lancé sur RTL, rappelant que Manuel Valls suggérait cette même idée depuis longtemps, avant d'être en poste à Matignon. 

Quant aux frondeurs, leur colère est à relativiser, selon Bartolone. «Notre différence est de 5 milliards d'euros», assure-t-il, estimant que «quand les socialistes n'ont pas de grandes différences, ils ouvrent ce genre de débat».

VIDEO. «Cher Manuel, c'est une faute» de vouloir changer le nom ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3866838
    23 octobre19:48

    La fin de l'illusion de ceux qui se croyaient des élites.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer