Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Prudence face à une éventuelle livraison d'armes en Irak

Reuters 11/08/2014 à 13:08

APPEL À LA PRUDENCE SUR UNE ÉVENTUELLE LIVRAISON D'ARMES AUX KURDES IRAKIENS

PARIS (Reuters) - La classe politique française s'est globalement prononcée lundi pour une livraison d'armes aux forces kurdes irakiennes qui font face aux combattants de l'Etat islamique (EI), équipés en armes lourdes, tout en appelant à la prudence pour éviter qu'elles ne tombent entre les mains des djihadistes radicaux.

En visite en Irak, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a évoqué dimanche la possibilité d'une fourniture d'armes aux combattants kurdes, les Peshmerga, précisant qu'une décision en ce sens pourrait être prise dans les jours qui viennent en liaison avec ses partenaires européens.

A l'heure où la mobilisation de la communauté internationale commence à prendre forme, les observateurs émettent des doutes sur la capacité de la France, déjà engagée sur d'autres fronts en Afrique, à jouer un rôle de premier plan en Irak, zone d'influence des Etats-Unis qui multiplient depuis plusieurs jours les frappes aériennes sur des positions de l'EI.

A l'image de ses partenaires européens, le soutien de la France pourrait donc se traduire par une aide humanitaire -Paris a acheminé sa première livraison dimanche- et un appui militaire limité via une livraison d'armes sans pour autant intervenir directement en Irak.

"Quand on n'intervient pas directement, on a besoin de troupes au sol qui viennent appuyer une action par exemple aéroportée et ça suppose de livrer des armes", a déclaré le porte-parole du Parti socialiste Olivier Faure, sur RTL.

"En même temps, on sait que ces livraisons posent parfois des difficultés quand elles tombent dans de mauvaises mains, on l'a vu en Libye", a-t-il ajouté.

En 2011, lors de l'opération internationale lancée par la France et la Grande-Bretagne contre les forces libyennes de Mouammar Kadhafi, des armes avaient été fournies aux rebelles.

Certaines de ces armes avaient par la suite été récupérées par les djihadistes et réutilisées, pour certaines, au Mali, où les forces françaises ont intervenues début 2013 pour contrer l'avancée de groupes islamistes armés.

"DISPROPORTION"

"Il faut dans ces domaines-là faire extrêmement attention", a déclaré l'ancienne ministre UMP de la Défense Michèle Alliot-Marie sur France Inter. "Je pense qu'il faut les soutenir mais faire très attention sur ce qu'on leur donne comme moyens d'intervention supplémentaires".

En Irak, la prise de Mossoul le 10 juin dernier par l'Etat islamique a permis à l'organisation sunnite de mettre la main, selon des experts, sur de l'armement lourd de fabrication américaine et de progresser rapidement dans le nord du pays.

Face à cette disproportion entre l'arsenal des Peshmerga et de l'EI, il est d'autant plus urgent de fournir des armes aux forces kurdes irakiennes, a jugé lundi l'ancien ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

"Pour le moment il faut leur donner les moyens de se défendre, ils ne nous demandent pas de troupes au sol, ils nous demandent du matériel car ils n'en ont pas", a-t-il souligné sur Europe 1. "Je crois que ce serait par rapport à l'idée qu'on a de l'humanité une bonne chose de leur livrer".

"Et on peut très bien le contrôler parce que c'est une région (le Kurdistan irakien) qui marche", a-t-il ajouté.

Depuis le précédent libyen, la France s'est montrée très prudente dans la livraison d'armes, notamment dans le cas du conflit syrien, refusant d'approvisionner les rebelles en armes en raison du caractère hétérogène de l'armée libre syrienne (ASL) et de son infiltration par des combattants djihadistes.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.