Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Profession "barista", ces sommeliers du café qui veulent lui redonner ses lettres de noblesse

RelaxNews07/07/2013 à 16:31

Artem & Olga Sapegin/Shutterstock.com

(AFP) - Ils sont quelques dizaines, quelques centaines tout au plus en France à être passés maîtres ès "caféologie": les baristas, sommeliers du café, sont de plus en plus recherchés dans l'hôtellerie de luxe, soucieux de redonner à cette boisson du quotidien ses lettres de noblesse.

On les connaît souvent pour une de leurs spécialités, le "latte art", qui consiste à dessiner d'attrayants motifs sur la mousse de café avec du lait.

Cet "art" a ses championnats du monde qui se déroulaient récemment à Nice (sud de la France), lors du salon World of Coffee, organisé par la SCAE (Speciality Coffee Association of Europe) qui rassemble les professionnels gravitant autour de la 2e boisson la plus bue au monde après l'eau.

Cette année, c'est une Japonaise qui a remporté le championnat, le numéro un français Joseph Dupuy n'arrivant que 11e sur 31 compétiteurs.

Car en matière de culture café, la France est "en retard par rapport aux pays anglo-saxons, comme l'Australie et les États-Unis. Ici, on a pris l'habitude d'avoir quelque chose d'amer et de pas bon dans sa tasse", regrette ce professionnel qui officie dans une boutique Malongo à Paris.

"Nous avons certes une culture gastronomique: si un plat est trop cuit, on le renvoie en cuisine. Mais si le café est mauvais, on le boit quand même", déplore lui aussi Ludovic Loizon, plusieurs fois champion de France des baristas.

Le goût du bon café n'est pas encore très développé en France, où on sait davantage distinguer les cépages de vins que les torréfactions.

"Heureusement, cette génération de jeunes baristas est dans la recherche de l'authenticité. C'est par eux que passera la révolution du goût et des habitudes chez le consommateur", veut croire Jean-Jacques Leuner, président du Comité français du café (association qui fédère torréfacteurs et professionnels du café).

Car la culture d'un barista va bien au-delà de l'aspect décoratif ou de la science des boissons cocktails à base de café.

Ce spécialiste doit aussi et surtout connaître les crus, les terroirs, la botanique. Savoir maîtriser la torréfaction et les différents modes d'extraction, le réglage des machines et les paramètres hydrométriques, qui peuvent aussi affecter l'arôme d'un café...

"Nous sommes le dernier maillon de la chaîne, après les producteurs, les importateurs, les torréfacteurs... On ne fait que 10% du travail, mais si on fait une erreur, tout ce travail peut être faussé en 25 secondes", assure M. Loizon.

Les formations de barista se développent donc en France, dopée notamment par la demande plus avertie de la clientèle internationale de l'hôtellerie-restauration de luxe.

Les Cafés Richard ont ainsi inauguré il y a deux ans leur propre école à Gennevilliers, dans la banlieue parisienne. Trois baristas y forment chaque année plus de 700 personnes, pour la plupart des professionnels.

De même, le torréfacteur Malongo forme garçons de café, barmen de grands établissements et élèves d'écoles hôtelières dans trois sites, Paris, près de Lyon et Carros, près de Nice.

Rémy Durand, barman au célèbre palace Negresco, sur la Côte d'Azur, fait partie des gens formés à Carros. "Cette formation apporte un plus par rapport à l'école de bar où l'on n'acquiert que quelques bribes sur le café", témoigne le jeune homme qui pense avoir fait la différence, lorsqu'il a été recruté par le palace niçois grâce notamment à cette spécialisation.

À Shanghai, où il a travaillé, comme dans le monde anglo-saxon, le métier de barista est "reconnu, car il existe là-bas plus de coffee bars, affirme-t-il. Et sur les petites annonces, cette spécialisation est réclamée. En France, on n'en est qu'aux prémices".

La route du (bon) café est encore longue, constate avec philosophie Vincent Sellari, barman au Grand-Hôtel, le palace de Saint-Jean-Cap-Ferrat, sur la Côte d?Azur, lui aussi formé par Malongo: "Les clients ne savent pas pour la plupart faire la différence entre les crus. À nous de leur apprendre que chaque café à son visage".

cal/mfo/nou/cac


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.