1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Procès du Mediator : «Ils ont brisé ma vie»
Le Parisien22/09/2019 à 19:49

Procès du Mediator : «Ils ont brisé ma vie»

« Je veux qu'on ferme ce laboratoire. Ce sont des escrocs. Ils ont brisé ma vie » : Michèle Jetot a des mots très durs contre le groupe Servier. Cette petite dame de 73 ans à la chevelure blanche sera présente au procès du Mediator, qui s'ouvre lundi 23 septembre, pour six mois, devant le tribunal correctionnel de Paris.Pourtant son état de santé est très fragile. « J'ai parfois besoin d'apport en oxygène. J'ai souvent du mal à sortir de chez moi tellement je me sens épuisée. Ça va être dur, mais ce n'est pas grave. Je veux les voir en face de moi ».« Je vous prescris ça, mieux vaut prévenir que guérir »Michèle sera accompagnée de son avocat, Me Charles Joseph-Oudin. « Les victimes du Mediator attendent ce moment depuis si longtemps. Cela va être enfin leur tour d'être entendus. Même si, pour eux, c'est une vraie épreuve de devoir se déplacer à Paris lorsque l'on est si malade », ajoute-t-il.Michèle, qui habite au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), veut comprendre ce qui a pu se passer. Son histoire est en effet exemplaire du drame qu'ont vécu des milliers de patients traités avec cet antidiabétique, très souvent prescrit aussi comme coupe-faim.« En 2007, mon médecin a juste détecté que j'avais un peu de diabète. C'était un généraliste au Blanc-Mesnil. Il m'a prescrit du Mediator. Quand je vois les souffrances que j'ai endurées par la suite, je me souviendrai toute ma vie de la phrase qu'il a prononcée, apparemment de toute bonne foi : Je vous prescris ça, car il vaut mieux prévenir que guérir ! »« Ils savaient que c'étaient dangereux, c'est terrible »Elle en prend pendant près de deux ans. Durant ce laps de temps, le Mediator détériore les valves de son cœur, une atteinte qui nécessite qu'elle soit opérée plusieurs fois. Une expertise médicale judiciaire prouve que le médicament est responsable des problèmes de santé gravissimes qu'elle développe. VIDÉO. ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • qleraz
    23 septembre10:27

    Je comprend les souffrances des malades et des proches mais ce médicament avait été validé par les instances compétentes, ANSM, comme "anti diabétique" avec surement des consignes de suivi. Moi j'aimerais voir parmi les accusés l'ANSM et les médecins qui ont prescrit et renouvelé sans précaution ce médicament. Un "nutritionniste" très médiatique m'en avait donné une boîte pour maigrir, j'ai arrêté de le consulter.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer