1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Prix du carburant : l'opération com du gouvernement
Le Parisien08/11/2018 à 22:18

Prix du carburant : l'opération com du gouvernement

À une semaine de la manifestation des gilets jaunes contre les prix du carburant, le gouvernement tente de déminer ce dossier potentiellement explosif. Ce jeudi après-midi, les ministres de l'Économie et de la Transition écologique, Bruno Le Maire et François de Rugy, ont annoncé que les compagnies pétrolières, comme Total, BP ou Shell, s'étaient engagées à « réduire leurs marges au maximum pour que les prix à la pompe soient les plus bas possible pour les consommateurs ». Quant aux distributeurs, les deux ministres ont assuré qu'ils allaient « répercuter la baisse des prix du pétrole au jour le jour sur les prix à la pompe ». « On a constaté que sur les vingt-quatre derniers mois, les marges brutes des compagnies pétrolières étaient plus élevées que d'habitude », dit-on dans l'entourage du ministre de l'Économie. De quoi redonner le sourire aux automobilistes ? Pas sûr. « Le gouvernement nous demande de baisser de trois centimes d'euros nos prix à la pompe, observe, un brin sarcastique, le représentant d'une compagnie pétrolière. Sauf que cela correspond exactement à la dernière baisse des prix du pétrole. »«On joue avec les mots et le contexte»Mais ce n'est pas tout. Côtés distributeurs, le discours n'est pas aussi affirmatif que ce que le gouvernement veut bien dire. « La marge nette finale des stations-service, c'est moins d'un centime d'euro par litre, estime Francis Duseux, le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), à la sortie de la réunion à Bercy. Ça sera difficile de faire plus. »Un constat partagé par la direction de Total : « Nous nous rangeons derrière cette observation, confie-t-on au siège du groupe pétrolier, à la Défense (Hauts-de-Seine). On ne peut pas nous demander de faire encore des efforts supplémentaires. » D'autant que les distributeurs déplorent déjà une réduction de leurs marges liée à l'augmentation de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • chame
    09 novembre07:22

    le litre était au même prix lorsque le baril était à 120 dollars. Je vous laisse imaginer le prix s'il remonte à ce tarif. 2.10, 2.20 le litre ? Et macron qui dit c'est pas bibi !!! qui vient de mettre 7 centimes de plus, qui va encore remettre 6.5 centimes, il nous prend vraiment pour des idiots !!! Et que dire de l'éventuelle aide créé pour payer une taxe ! Encore des fonctionnaires à engager pour cette idiotie ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer