1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Prêts immobiliers : fini l'obligation de domicilier ses salaires
Le Parisien17/03/2019 à 22:56

Prêts immobiliers : fini l'obligation de domicilier ses salaires

Consommateurs qui rient, banques qui pleurent. Le projet de loi Pacte réserve une belle surprise pour les clients des banques. Un amendement à ce projet de loi, adopté dans la nuit de vendredi à samedi, met fin à la domiciliation des revenus qu'imposent certaines banques en contrepartie de l'octroi d'un prêt immobilier. La mesure devrait entrer en application à l'adoption définitive de la loi prévue en juin.Cette pratique de la domiciliation bancaire était autorisée par une ordonnance de 2017 en vigueur depuis le 1er janvier 2018. Le texte autorisait les banques à obliger leurs clients à domicilier leurs comptes courants chez elles durant dix ans en contrepartie d'un avantage (frais de dossiers offerts, taux réduits...). Désormais, « la domiciliation bancaire doit être intégrée à la négociation commerciale, et ne saurait devenir une clause récurrente et systématique », souligne Roland Lescure, rapporteur LREM du projet de loi. « On lève un frein à la mobilité bancaire », se réjouit-il.« On a dû batailler en première lecture, se souvient pourtant Coralie Dubost, députée LREM de l'Hérault et auteure de l'amendement. Mais aujourd'hui, il est acquis que cette situation de monopole des banques est en contradiction avec le droit de la consommation français comme européen. »«Un épilogue heureux qui met fin aux clients captifs»Pourquoi ce rétropédalage du gouvernement qui a soutenu l'abrogation de l'ordonnance de 2017 ? Il faut regarder du côté de l'Association des usagers des banques (Afub), qui a saisi le Conseil d'État qui, lui-même a saisi la Cour de justice de l'Union européenne. « Le gouvernement a rétropédalé pour éviter la censure de la Cour européenne, explique Serge Maître, président de l'Afub. Ça n'en reste pas moins un épilogue heureux qui met fin aux clients captifs, aux prisonniers bancaires. »Même tonalité du côté de Coralie Dubost : « Il faut éviter de créer des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer