1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pressions, surcharge de travail, horaires : témoignages d'infirmiers «oubliés»
Le Parisien20/11/2018 à 19:08

Pressions, surcharge de travail, horaires : témoignages d'infirmiers «oubliés»

Certains parlent des charges et pressions de la Sécu qui pèsent sur leurs épaules. D'autres disent leur fatigue après de longues amplitudes horaires. Tous les infirmiers et infirmières, en tout cas, parlent d'un besoin de reconnaissance de leur métier, alors que les négociations avec l'Assurance maladie pour la prochaine réforme de la santé sont à un point d'arrêt.Pour se faire entendre, seize organisations ont décidé de se rassembler ce mardi après-midi pour la « reconnaissance » de la profession, de meilleures rémunérations, plus d'autonomie ou encore un renforcement des effectifs dans les établissements. Trois d'entre eux racontent leur quotidien au Parisien.Thierry : « Seulement un tiers de mon temps est passé à soigner »Thierry a 54 ans et travaille en Meurthe-et-Moselle en tant qu'infirmier libéral depuis 29 ans. Ses longues journées de travail, qui commencent à 6 heures et se terminent à 21 heures, se divisent en trois temps. « Un tiers est consacré à la paperasse, un tiers en voiture, un tiers à soigner », résume-t-il.Une division du temps qui épuise l'infirmier. « On passe beaucoup de temps à faire de la paperasse, à courir après les ordonnances qui ne correspondent pas toujours aux réglementations de l'Assurance maladie », témoigne-t-il.Chaque jour, il mène 45 visites dans un bassin de 20 000 habitants, dans sa commune et aux alentours. De quoi faire de la route. « Je perds énormément de temps dans les bouchons. J'ai droit à un forfait de 2,5 euros pour couvrir mes déplacements, qu'ils durent cinq minutes ou un quart d'heure, regrette-t-il. Et dans l'hyper centre-ville, je ne peux me stationner nulle part. Dans cette zone, on ne risque de plus avoir de soignants, parce qu'on ne peut plus se déplacer, alors que c'est là que se trouvent les étudiants et beaucoup de personnes âgées dont on s'occupe. »Ce sont d'ailleurs les personnes âgées qui composent la majorité des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer