1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Présidentielle : Macron et le syndrome du Fouquet's
Le Point24/04/2017 à 06:35

De sa lévitation porte de Versailles, Emmanuel Macron a promis d'aller « au-delà » de ses partisans et de « rassembler tous les Français ». Donc, comme des millions de Français, nous l'avons suivi du regard, scruté ses moindres gestes, grâce aux motards de la télévision, ne pouvant nous empêcher de voir en lui, ce même pas quadragénaire, notre prochain président. Et nous voulions savoir vers qui irait son premier geste de finaliste de la présidentielle. La chose a son importance, comme toujours dans l'histoire des campagnes.

En 1981, après sa victoire, François Mitterrand avait refusé de se rendre place de la Bastille, où l'attendait une foule en liesse. Il s'était contenté d'un saut rue de Solférino pour saluer le petit personnel, avant de rentrer dormir chez lui, rue de Bièvre. Dans un pays, peut-être le seul au monde, où au cours d'une campagne les candidats se réclament d'une histoire millénaire, assument parler aux morts et convoquent les héros, la force des symboles compte. Ainsi Emmanuel Macron, dimanche soir, s'est-il rendu à La Rotonde, une brasserie parisienne du boulevard Montparnasse, ivre de sa première place, conservant dans le regard cette impression de vertige, saluant au passage « les marcheuses » et « les marcheurs », « toutes » et « tous » et « chacune » et « chacun » se trouvant sur son chemin. Il a choisi La Rotonde, comme Nicolas Sarkozy, en son temps, s'était rendu au...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer