1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Présidentielle 2022 : Macron, l'obsession Le Pen
Le Parisien11/06/2019 à 07:22

Présidentielle 2022 : Macron, l'obsession Le Pen

Le match présidentiel face à Marine Le Pen en 2022 ? Emmanuel Macron y pense déjà. « Presque tous les jours », souffle un ministre qui a dernièrement échangé avec lui, encore étonné de voir « à quel point la question du Rassemblement national est désormais installée dans sa réflexion quotidienne. »Frappé de voir les scores du parti lepéniste grossir d'élection en élection, le chef de l'Etat sait qu'un échec de sa politique au cours de la seconde partie du quinquennat - « pire, une nouvelle crise semblable à celle des Gilets jaunes », ajoute un proche - pourrait être fatal à sa réélection. « C'est son fil rouge. Ça l'oblige à continuer à réformer et à transformer le pays. Surtout ne pas décélérer. Car il est persuadé que l'élection de Marine Le Pen, ce n'est pas de la politique-fiction. Ça peut arriver, c'est quelque chose de possible », confirme l'un de ses collaborateurs. LIRE AUSSI > «On n'a pas fait tout ça pour un seul mandat», confie Travert« C'est quelque chose qui l'anime beaucoup, de chevillé au corps. Son obsession, elle est là », confirme un autre. Même si, en interne, l'idée d'avoir déjà installé le match contre Marine Le Pen fait débat. « Installer cette confrontation, ce n'est absolument pas une bonne idée », accuse même un cadre haut placé de la macronie, qui regrette de voir les partis traditionnels, comme LR et le PS, si affaiblis : « J'aimerais autant qu'il y ait des amortisseurs entre nous et le RN... ». « La démocratie, c'est la circulation du pouvoir. Un jour, nous perdrons les élections. N'accréditons pas nous-mêmes l'idée que la seule alternative, ce serait le RN. Ce serait dangereux, déplore aussi le député LREM Hugues Renson. Il est important que d'autres formations politiques existent ! Soyons vigilants. »« La base électorale, elle est forte »Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, on est aussi surpris de voir à quel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sense78
    11 juin10:11

    E. Macron est totalement responsable de la montée du score du RN puisqu'il reste sourd à la demande de la majorité des Français de mettre un frein à sa politique migratoire ruineuse et porteuse de grands dangers pour l'avenir de la Nation française. Il lui suffirait de stopper cette immigration hors contrôle pour pacifier la vie politique française et asseoir sa majorité.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer