Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Près de 600 villes à Paris pour planifier l'accueil des réfugiés

Reuters11/09/2015 à 18:44

* Près de 600 villes représentées samedi * Un volume "inattendu", dit-on au ministère * L'AMF estime que les communes volontaires suffiront * Le dispositif sera financé par l'Etat * Les demandeurs d'asile déjà là seront aussi pris en charge par Chine Labbé PARIS, 11 septembre (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve réunit samedi à Paris les représentants de près de 600 villes volontaires pour accueillir des réfugiés, afin d'organiser cet élan de solidarité qui sera pris en charge financièrement par l'Etat. La France s'est engagée à accueillir 24.000 réfugiés de Syrie, d'Irak ou d'Érythrée sur deux ans, en plus des 6.750 déjà demandés par l'Union européenne, conformément au plan de la Commission de répartir 160.000 réfugiés dans l'UE. Paris va également accueillir en urgence 1.000 demandeurs d'asile arrivés en Allemagne. Devant les dizaines d'offres spontanées d'accueil, Bernard Cazeneuve a écrit à l'ensemble des maires de France pour leur proposer de s'inscrire à une réunion de travail samedi. Au final, près de 600 villes de quasiment tous les départements de France et de toutes couleurs politiques - sauf Front national - se sont inscrites, indique-t-on place Beauvau. "C'est largement au-dessus de ce qu'on attendait", dit-on. "Et c'est minime par rapport au nombre de villes volontaires." Mercredi, l'Association des maires de France (AMF) a dit penser que les communes volontaires suffiraient à héberger l'ensemble des demandeurs d'asile annoncés. ID:nL5N11F2D1 Sans se prononcer sur cette prédiction, le ministère dit vouloir "inciter au volontariat" et "créer une dynamique". UN DISPOSITIF FINANCÉ PAR L'ETAT Outre des maires, sont également attendus à cette réunion des préfets de région, des préfets de départements d'Ile-de-France et des responsables d'associations spécialisées dans l'accompagnement et l'hébergement des demandeurs d'asile. L'objectif est à la fois de recenser les propositions d'hébergement émanant des communes, de leur expliquer l'organisation du dispositif et de "préciser" le rôle de l'Etat, indique-t-on dans l'entourage de Bernard Cazeneuve. Afin d'avoir une "première cartographie" de l'offre tournée vers l'insertion, via des logements pérennes notamment. "Le dispositif sera financé par l'Etat", souligne-t-on au ministère de l'Intérieur. "Les communes qui souhaitent contribuer peuvent le faire, mais l'Etat prend ses responsabilités". Bernard Cazeneuve devrait annoncer samedi le montant de l'enveloppe budgétaire consacrée à cet accueil. Le ministre des Finances Michel Sapin a parlé cette semaine de "quelques millions d'euros", tandis que le président de l'AMF, François Baroin, a évoqué un coût s'élevant à 6.000 euros par demandeur d'asile. Pour Jean-François Dubost, d'Amnesty International France, il faut mettre l'accent sur l'accompagnement de ces personnes, "qui vont avoir le statut de réfugié très rapidement". Une question qui sera abordée samedi, via les problématiques de scolarité, de soins, ou encore de l'apprentissage du Français, un droit pour les réfugiés. Le ministre de l'Intérieur devrait aussi annoncer l'objectif de l'Etat en termes de nombre de places supplémentaires. Le dispositif d'accueil des demandeurs d'asile était jusque là "notoirement sous-calibré", reconnaît-on à l'Intérieur, où l'on rappelle que 4.000 places supplémentaires ont été ouvertes en 2013 et 2014 en Centres d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA) et que 4.200 autres sont programmées pour 2015. LES RÉFUGIÉS DÉJÀ PRÉSENTS AUSSI PRIS EN CHARGE Quelque 600 places en CADA ont été créées depuis janvier pour héberger des demandeurs d'asile de Calais, qui symbolise la crise migratoire actuelle. Porte de Saint-Ouen, à Paris, une dizaine de tentes installées de manière sauvage sur le trottoir, entre la route et une voie réservée aux bus, hébergent plusieurs dizaines de Syriens, dont deux femmes enceintes et des enfants. Certains s'étonnent des facilités promises aux futurs arrivants, quand eux attendent un toit, malgré des demandes d'asile déposées il y a des semaines voire des mois. "Ils se demandent pourquoi il y a un tel déséquilibre d'aide, d'entraide et de solidarité", dit Sabreen Al-Rassace, de l'association "Revivre", qui aide les demandeurs d'asile syriens dans leurs démarches administratives. "Pour eux, c'est une forme d'injustice. Eux, ça fait longtemps qu'ils sont sur le territoire français, et ils ne sont pas pris en charge", ajoute-t-elle. Au ministère de l'Intérieur, on assure toutefois que tous les demandeurs d'asile déjà présents sur le territoire seront inclus dans le dispositif qui se dessine, le seul préalable étant qu'une demande d'asile ait été déposée en France. "Il n'y a pas deux dispositifs", dit-on. "On va aussi chercher ceux qui sont déjà là." Idem pour les demandeurs d'asile, dont le statut a été reconnu par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés dans l'un de ses camps en Jordanie ou au Liban, et que la France s'est engagée à accueillir, assure-t-on. (avec Anna Saccocio de Reuters TV, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.