Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Premières frappes américaines contre les djihadistes en Irak

Reuters09/08/2014 à 14:15

L'AVIATION AMÉRICAINE FRAPPE LES DJIHADISTES EN IRAK

par Raheem Salman et Isabel Coles

BAGDAD/ERBIL (Reuters) - L'aviation américaine a procédé vendredi à ses premières frappes dans le nord de l'Irak contre les combattants djihadistes de l'Etat islamique qui menacent Erbil, la capitale du Kurdistan irakien autonome.

L'armée américaine a poursuivi parallèlement ses opérations de parachutage de vivres pour venir en aide aux dizaines de milliers de réfugiés qui ont fui l'avancée des insurgés sunnites.

Comme la nuit précédente, de l'eau et des rations alimentaires ont été larguées dans les montagnes de Sinjar, où des dizaines de milliers de yazidis ont fui la progression des combattants sunnites de l'Etat islamique qui considèrent les adeptes de ce culte pré-islamique comme des "adorateurs du diable".

"A ce jour, en coordination avec le gouvernement irakien, l'aviation américaine a fourni 36.224 rations alimentaires et 6.822 gallons d'eau potable (25.000 litres environ)", précise le Pentagone.

Moins de vingt-quatre heures après l'allocution du président américain annonçant qu'il autorisait des frappes aériennes, des chasseurs et des drones de l'armée sont entrés en action.

D'après le Pentagone, deux chasseurs F/A-18 ont largué des bombes à guidage laser sur une pièce d'artillerie mobile près d'Erbil. Un convoi de véhicules blindés de l'Etat islamique a également été pris pour cible. Il faisait route vers Erbil, selon un haut responsable kurde.

L'Etat islamique a minimisé l'impact de cette campagne aérienne. "Les avions attaquent des positions qu'ils pensent être stratégiques. Mais ce n'est pas ainsi que nous opérons. Nous sommes formés à la guérilla de rue. Allah est avec nous et nous promet le paradis", a dit un combattant joint par téléphone.

COOPÉRATION "SANS PRÉCÉDENT" ENTRE BAGDAD ET ERBIL

Après des mois passés à repousser l'idée même d'un engagement militaire direct dans la crise irakienne, le président américain a fini par autoriser jeudi des bombardements pour enrayer la progression des insurgés sunnites vers Erbil, protéger les intérêts américains et venir au secours des minorités religieuses yazidis et chrétiennes.

Le porte-parole de la Maison blanche, Josh Earnest, a précisé vendredi qu'Obama n'avait pas fixé de calendrier définitif pour un arrêt des opérations. La durée de la campagne aérienne dépendra de l'évolution de la situation.

La Maison blanche espère pouvoir gagner le temps nécessaire pour réarmer les peshmerga kurdes, désormais en première ligne face aux djihadistes, réorganiser l'armée irakienne, mise en déroute début juin, voire favoriser la constitution d'un gouvernement plus "inclusif" à Bagdad, quitte à se séparer du Premier ministre, le chiite Nouri al Maliki, accusé d'avoir attisé les tensions confessionnelles.

Vendredi, un avion de transport C-130 du gouvernement irakien a acheminé des munitions à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, et les Etats-Unis s'efforcent de faciliter de futures livraisons, a déclaré un responsable de l'administration Obama.

Cette coopération militaire entre le pouvoir central à Bagdad et les autorités du Gouvernement régional du Kurdistan irakien (GRK) est "sans précédent", souligne ce responsable.

UN COMBAT VITAL POUR LE KURDISTAN IRAKIEN

Les combattants de l'Etat islamique ont récupéré en juin, après la débandade de l'armée irakienne à Mossoul, des blindés, des mitrailleuses et des armes lourdes. Des moyens sans commune mesure avec ceux dont disposent les pershmerga - littéralement "ceux qui défient la mort".

Avant même la nouvelle avancée des djihadistes, le gouvernement régional du Kurdistan avait envoyé début juillet des émissaires à Washington pour réclamer une assistance et des équipements militaires, notamment des chars, des transports de troupe blindés, des pièces d'artillerie et des fusils de haute précision.

Les nouveaux gains territoriaux enregistrés depuis le week-end dernier par les combattants de l'Etat islamique ont radicalement modifié la donne.

"L'Etat islamique mobilise toutes ses forces en Irak et en Syrie pour venir combattre les peshmerga. C'est un combat très grave. Il est vital", a prévenu vendredi Hoshiyar Zebari, haut responsable kurde et ministre des Affaires étrangères du gouvernement irakien.

A Paris, François Hollande a salué les premières frappes américaines et annoncé qu'il examinerait avec les partenaires de la France les actions à mener pour mettre fin aux souffrances des populations civiles dans ce pays.

"Le président de la République se félicite (...) de la décision importante prise par le président Obama d'autoriser des frappes aériennes ciblées afin de contrer l'Etat islamique ainsi que de mettre en oeuvre un effort humanitaire dont nous savons combien il est impérieux et urgent", dit-il dans un communiqué.

(avec Missy Ryan et Matt Spetalnick à Washington; Tangi Salaün, Agathe Machecourt et Henri-Pierre André pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.