Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Premières aides financières pour les victimes des attentats

Reuters20/11/2015 à 16:21

* Début du versement des premières aides financières aux victimes * De l'ordre de 4.000 victimes concernées * Les dossiers des victimes de janvier en train d'êtres bouclés PARIS, 20 novembre (Reuters) - Le Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI) a versé vendredi les premières avances aux victimes des attentats de Paris, une semaine après les faits, a dit vendredi le ministre des Finances Michel Sapin. Créé en 1986, ce fonds assure l'indemnisation de l'ensemble des victimes d'attentats commis sur le sol français, quelle que soit leur nationalité, ainsi que des ressortissants français affectés par de tels événements à l'étranger. ID:nL8N13B49N "Dès ce matin déjà, des premiers versements ont eu lieu, des premières provisions, sur les comptes des victimes ou des familles de victimes et de tous ceux qui ont besoin de cette solidarité", a déclaré Michel Sapin lors d'une visite du siège du Fonds à Vincennes, près de Paris. Ces avances de quelques milliers d'euros visent à permettre aux victimes d'éviter de voir des problèmes matériels s'ajouter aux douleurs morales auxquelles elles sont confrontées, a expliqué François Werner, directeur général du FGTI. Car même si les frais liés aux obsèques sont directement et entièrement prises en charge par le Fonds, certaines victimes vont par exemple être confrontées à des pertes de revenus. Pour l'instant, une dizaine de victimes ont reçu ces premières avances, mais cela va s'accélérer rapidement au vu de l'ampleur de la population concernée. LE FONDS A LES MOYENS DE FAIRE FACE Aux ayants droit des 130 personnes tuées la semaine dernière et aux plus de 350 blessés s'ajoutent les rescapés présents à proximité des lieux des attaques ayant pu être choqués. "Ils vont avoir traité ici autant de dossiers de victimes de terrorisme pour les seuls actes de ces derniers jours qu'ils en ont eu à traiter depuis la création de ce fonds" il y a près de trente ans, soit environ 4.000 victimes, a relevé Michel Sapin. Avec des réserves d'un montant de 1,2 milliard d'euros, "le fonds n'a aujourd'hui aucune difficulté à faire face" sur le plan financier, même si le montant exact des indemnisations ne sera connu que progressivement, en fonction des préjudices et des séquelles subis, a-t-il insisté. ID:nL8N13D470 Ces réserves sont alimentées par une contribution prélevée sur les contrats d'assurance, qui a été relevée d'un euro par un arrêté du 30 octobre dernier. A partir du 1er janvier 2016, 4,30 euros seront désormais prélevés chaque année. ID:nL8N13D470 Malgré l'ampleur du drame, le FGTI était "préparé à un événement comme celui-là "financièrement, humainement et organisationnellement", a confirmé François Werner. Une cellule de crise a été mise en place pour contacter les familles des victimes des attaques de vendredi dernier à partir de la liste fournie par le procureur mais aussi répondre aux appels des personnes contactant directement le FGTI. Sur les 295 collaborateurs du fonds, généralement une dizaine se consacrent à temps partiel à la gestion des dossiers de terrorisme. Pour faire face à la situation, des salariés oeuvrant habituellement à l'indemnisation des victimes d'autres infractions (routières, par exemple), sont venues en renfort. "On va avoir des équipes samedi, on va avoir des équipes dimanche", a précisé François Werner. Le délai de traitement des dossiers d'indemnisation par le Fonds s'élève à environ un an, a expliqué Guillaume Clerc, responsable de la communication du Fonds, en précisant que le plus souvent, les victimes acceptaient les offres d'indemnisation définitive formulées par le FGTI. Selon lui, la plupart des procédures liées aux attentats de janvier 2015 à Paris contre la rédaction de Charlie Hebdo et l'Hyper Casher sont près de leur conclusion. En septembre dernier, le Fonds indiquait avoir ouvert 135 dossiers à la suite de ces attaques et 50 dossiers en lien avec l'attaque du musée du Bardo le 18 mars à Tunis. (Myriam Rivet pour le service français, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.