1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Première rupture conventionnelle collective chez les fonctionnaires à la Caisse des dépôts
Le Parisien05/04/2019 à 17:26

Première rupture conventionnelle collective chez les fonctionnaires à la Caisse des dépôts

Rififi à la Caisse des dépôts et consignations ! La très discrète institution financière publique qui gère notamment l'argent du Livret A et finance le logement social, est secouée depuis quelques semaines par un plan de départ volontaire d'un nouveau genre. Pour faire partir certains de ses 5600 employés - 3700 sont fonctionnaires, et environ 1900 salariés - la direction de groupe public a décidé d'innover. À côté de la traditionnelle série de mesures pour faciliter le départ en retraite des seniors, la « CDC » souhaite utiliser pour les autres une des mesures phares des ordonnances Macron : la « rupture conventionnelle collective ».Créé en 2017, ce dispositif permet de réduire rapidement les effectifs d'une entreprise privée sans passer par la case « plan social » et ses contraintes. La Caisse des dépôts veut appliquer cette rupture conventionnelle collective à... des fonctionnaires. Une première !Ce type d'outil de gestion des effectifs dépend du bon vouloir des syndicats : pas d'accord majoritaire, pas de plan de départ. Entamées en février, les négociations déchirent les représentants des salariés. Avec d'un côté, ceux prêts à signer, comme l'Unsa (première puissance syndicale), qui mettent en avant une « forte demande » de la base, qu'il s'agisse des salariés ou des fonctionnaires.La décision de la CFDT est cruciale« Ils souhaitent partir en échange d'un chèque. Or, la rupture conventionnelle présente des avantages, notamment fiscaux », justifie Luc Dessenne, secrétaire général du syndicat Unsa. À tel point que ce syndicaliste réclame à la direction d'ouvrir encore plus les vannes : d'une centaine de départs prévus dans l'accord, l'Unsa aimerait passer à 500. À la condition que la direction s'engage à réembaucher...D'autres organisations, à l'inverse, comme la CGT, ou le SNUP, opposent un refus catégorique. Pourquoi ? « On ne signe pas de plans de départs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • clam92
    06 avril10:48

    Les nouveaux embauchés seraient les enfants des syndicalistes avec une carte de la CGT à vie !!! Comme dit Axiome allo allo la terre !!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer