Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Premier face-à-face Trump-Merkel à la Maison blanche

Reuters17/03/2017 à 07:48
    par Jeff Mason et Andreas Rinke 
    WASHINGTON, 17 mars (Reuters) - Le président américain, 
Donald Trump, accueille vendredi la chancelière allemande, 
Angela Merkel, à la Maison blanche pour une rencontre 
susceptible de dessiner les contours des futures relations 
transatlantique. 
    La dirigeante de l'exécutif allemand devait se rendre mardi 
à Washington mais les intempéries qui se sont abattues sur le 
nord-est américain l'ont incitée à repousser son voyage en fin 
de semaine. 
    Angela Merkel devrait notamment prier Donald Trump de 
soutenir l'Union européenne et de s'engager à respecter les 
engagements américains en faveur de la lutte contre le 
dérèglement climatique. 
    Elle devrait également presser le nouveau locataire de la 
Maison blanche de renoncer à son programme protectionniste. 
    Donald Trump a plusieurs fois menacé d'imposer des taxes aux 
constructeurs automobiles allemands et l'un de ses conseillers, 
Peter Navarro, a accusé Berlin de profiter d'avantages 
commerciaux indus grâce à un euro faible. 
    Les Etats-Unis sont le premier pays d'exportation de 
l'Allemagne et l'excédent allemand a atteint près de 50 
milliards d'euros l'an dernier. Les Etats-Unis ont importé pour 
107 milliards d'euros de biens et services allemands et en ont 
exporté en Allemagne pour 58 milliards d'euros. 
    Lundi, à Munich, Angela Merkel a affirmé que les sociétés 
allemandes employaient près de 750.000 personnes aux Etats-Unis 
et qu'au total, un à deux millions d'emplois aux Etats-Unis 
étaient indirectement dépendants de groupes allemands. 
     
    AFFERMIR L'AXE BERLIN-WASHINGTON 
    Outre le commerce, les deux pays s'opposent sur la question 
des réfugiés - Trump a qualifié d'"erreur catastrophique" la 
décision allemande d'ouvrir la porte aux réfugiés en 2015 - et 
la défense, Washington reprochant à Berlin des dépenses 
insuffisantes. 
    Angela Merkel, qui entretenait d'excellentes relations avec 
Barack Obama et son prédécesseur George W. Bush, devrait 
également s'efforcer de convaincre Donald Trump de la nécessité 
d'affermir l'axe Berlin-Washington. 
    "Ceux qui connaissent la chancelière savent qu'elle a un don 
pour séduire lors des discussions en face-à-face. Je suis 
convaincu que Donald Trump ne fera pas exception", a souligné 
Jürgen Hardt, un parlementaire conservateur chargé de coordonner 
les relations transatlantiques pour le compte du gouvernement 
allemand. 
    Les deux dirigeants devraient également aborder la question 
de l'Alliance atlantique à laquelle Donald Trump souhaite voir 
les Européens contribuer davantage, une position que la 
chancelière a dit comprendre. 
    La Russie devrait être également au menu des discussions. La 
Maison blanche a déclaré que Donald Trump comptait demander 
conseil à Angela Merkel sur la manière de traiter avec Vladimir 
Poutine.   
    La chancelière devrait par ailleurs s'efforcer d'obtenir de 
Donald Trump des garanties sur le respect par Washington des 
engagements en matière de lutte contre le changement climatique. 
    Durant la campagne électorale, Donald Trump avait affirmé 
que le "concept de réchauffement climatique" avait été inventé 
par les Chinois "pour empêcher l'industrie américaine d'être 
compétitive". Il a suggéré qu'il pourrait retirer les Etats-Unis 
de l'accord de Paris signé en décembre 2015. 
    Et, dans son premier projet de budget, le nouveau 
gouvernement américain propose en outre une coupe de 31% (2,6 
milliards) du budget de l'Agence de protection de 
l'environnement (EPA) et une suppression des programmes de 
recherche sur le réchauffement climatique. 
    Un responsable américain a déclaré sur ce point que la 
position du gouvernement américain serait sans doute abordée 
lors de la rencontre entre Donald Trump et Angela Merkel et 
qu'elle serait encore clarifiée dans les semaines à venir. 
 
 (Avec Noah Barkin, Nicolas Delame pour le service français, 
édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.