1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pouvoir d'achat des seniors : «C'est mon père de 90 ans qui me dépanne»
Le Parisien03/04/2019 à 08:46

Pouvoir d'achat des seniors : «C'est mon père de 90 ans qui me dépanne»

«Je ne sais pas, je n'ai pas la solution mais il y a quelque chose qui cloche ! Pourquoi est-ce qu'on ne peut pas vivre correctement de son salaire dans ce pays ?» A 59 ans, Alain, natif de l'Essonne, est attaché à son département, à sa petite commune de Linas (6800 habitants) et à sa maison où il est resté seul après son divorce.«Rien de grandiose mais elle est mignonne», dit-il en admirant son camélia, bientôt en fleurs, planté dans la cour. «À l'heure actuelle, en région parisienne, un salarié célibataire ne peut pas s'en sortir», estime cet employé en CDI dans une école privée d'informatique. Un poste d'agent administratif rémunéré 1500 € nets par mois. LIRE AUSSI > Un senior actif sur deux a du mal à boucler ses fins de moisPendant 30 ans, cet amateur de bandes dessinées et de chemises canadiennes a été animateur dans un centre de formation des apprentis du bâtiment. Il gagnait à l'époque 2000 € par mois, plus un treizième mois. «J'ai l'impression qu'au milieu des années 1980, quelque chose a commencé à se dérégler. Je ne veux pas faire pleurer Margot ; je sais que bien d'autres personnes sont davantage dans la misère que moi. Le problème, c'est que je travaille et que je me déclasse tout en travaillant. Je me suis même appauvri par rapport à mes parents», explique Alain.Heureusement, ses deux grands enfants - un garçon et une fille, dont il est «très fier» - ont pris leur indépendance financière. Car avec ses charges, et malgré un train de vie qui n'a rien de somptuaire, Alain finit « tous les mois à découvert ».Sa compagne lui a offert une voitureEt de détailler : « par mois, je paie 600 € de remboursement pour la maison ; 100 € de carburant ; 150 € pour l'impôt sur le revenu et les impôts locaux. Il me reste 650 € pour l'eau, l'électricité, Internet et le téléphone, les courses et les assurances, qui sont un poste important. » Si bien que, en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

16 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rillouto
    03 avril14:48

    dans le fabuleux monde du liberalisme, il n'y a que les gros qui mangent tous les petits .... et ils nous disent de faire des boites, start up nation !!!! ahahahahahahahahahahahahahahahahahahah

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer