Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Poutine assure que l'économie rebondira, n'offre aucun remède

Reuters18/12/2014 à 15:26

* Le président russe sort de son silence sur la chute du rouble * "Notre économie sortira de la situation actuelle" * La crise économique menace la popularité de Poutine par Timothy Heritage et Alexei Anishchuk MOSCOU, 18 décembre (Reuters) - Vladimir Poutine a déclaré jeudi que l'économie russe finirait inévitablement par se redresser mais n'a présenté aucune solution à l'aggravation de la crise financière liée à la chute du rouble sur les marchés des devises. Dans sa traditionnelle conférence de presse-marathon de la fin de l'année, le président russe a jugé que le gouvernement et la banque centrale avaient pris les mesures "appropriées" face à une crise qu'il a attribuée à des "facteurs extérieurs". Mais il a admis que la banque centrale aurait pu agir plus rapidement pour soutenir le rouble, qui a perdu depuis le début de l'année près de 45% de sa valeur face au dollar. La banque centrale a relevé mardi son principal taux directeur de 6,5 points de pourcentage, le portant à 17%, et a dépensé plus de 80 milliards de dollars cette année pour tenter de soutenir la devise russe. Relevant que la banque de Russie avait stoppé ses interventions sur le marché des changes, Poutine a noté qu'elle avait eu raison de prendre cette décision. "Peut-être aurait-elle dû le faire plus tôt. Peut-être alors n'aurait-elle pas eu à relever son taux à 17%", a-t-il dit lors d'une conférence de presse qui a débuté vers 09h00 GMT et se poursuivait encore près de trois heures et demie plus tard. Il a aussi indiqué des mesures supplémentaires étaient nécessaires. Le gouvernement russe a du reste rendu public dans la matinée un projet de loi sur les banques, qui pourrait permettre aux principaux groupes du secteur de recevoir quelque 1.000 milliards de roubles (13,1 milliards d'euros) de capitaux frais pour faire face à l'impact des sanctions occidentales et du ralentissement économique. (voir ID:nL6N0U21WP ) "SI LA SITUATION CONNAÎT DES DÉVELOPPEMENTS DÉFAVORABLES..." L'économie russe, dont la stabilité a été l'une des clefs de sa popularité depuis son accession au pouvoir, fin 1999, s'oriente vers une récession, fruit de ce que le ministre de l'Economie, Alexeï Oulioukaïev, a qualifié de "parfait concours de circonstances" entre la baisse des cours du pétrole, les sanctions occidentales sur fond de crise ukrainienne et les difficultés économiques mondiales. Selon le ministère de l'Economie, le produit intérieur brut pourrait se contracter de 0,8% en 2015. (voir ID:nL6N0TM26T ) "Si la situation connaît des développements défavorables, nous devrons modifier nos projets. Il ne fait aucun doute que nous devrons réduire (nos dépenses). Mais un virage positif et une sortie de la situation actuelle sont inévitables", a dit Poutine. "La croissance de l'économie mondiale va se poursuivre et notre économie sortira de la situation actuelle", a-t-il martelé, assurant que la Russie surmonterait la crise et en ressortirait "plus forte". "Dans le scénario économique extérieur le plus défavorable, a-t-il dit, cette situation pourrait se prolonger pendant deux ans environ. Mais (les choses) pourraient aussi commencer à s'améliorer au cours du premier trimestre de l'année prochaine, ou en milieu d'année, ou en fin d'année." L'économie russe doit se diversifier pour réduire sa dépendance aux exportations de pétrole, a plaidé Poutine, reprenant un thème qu'il a déjà abordé à de multiples reprises en quinze ans de pouvoir sans pour autant le mettre en oeuvre. Son intervention, pauvre en propositions détaillées et sans annonce nouvelle, n'a pas stoppé la baisse du rouble, qui a encore perdu environ 3%. UNE POPULARITÉ FRAGILISÉE ? Estimant que Poutine s'est contenté d'exprimer un soutien a minima à l'action du gouvernement et de la banque centrale, des analystes jugent que des têtes pourraient tomber dans un proche avenir. "Tout ceci suggère des divisions très importantes au sein de l'administration sur les moyens de répondre à la crise et aux pressions qui s'exercent sur le rouble", note ainsi Timothy Ash, directeur des recherches sur les marchés émergents à la Standard Bank de Londres. Pour l'ancien Premier ministre Mikhaïl Kassianov, désormais dans l'opposition, la crise actuelle démontre que Poutine a mal géré l'économie russe et que ses difficultés vont aller en s'accroissant, du fait principalement de l'inflation qu'entraîne la chute du rouble. "La Russie entre en déclin", a-t-il dit dans une interview accordée tard mercredi soir à Reuters. Les sondages montrent que la popularité du président russe, qui a dépassé les 80% de bonnes opinions après l'annexion de la Crimée en mars, se maintient à des sommets. "La stabilité est fondée sur le soutien du peuple russe, et il n'est de fondation plus solide", a-t-il déclaré. Mais la chute du rouble, l'augmentation des prix et la plongée de l'économie russe dans la récession pourraient altérer la confiance placée dans sa capacité à garantir la stabilité financière du pays. "Poutine a surfé sur la vague de la hausse des prix du pétrole dans les années qui ont suivi son accession au pouvoir mais il ne fait aucun doute que l'économie va commencer à avoir des répercussions négatives sur la politique. Les pièces du puzzle se mettent en place et vont commencer à affecter la viabilité politique de ce régime", avance Nicholas Spiro, directeur de Spiro Sovereign Strategy à Londres. (voir ID:nL6N0U11FD ) (Henri-Pierre André pour le service français, édité par Pierre Sérisier)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.