1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi supprimer le régime spécial des cheminots va coûter cher à l'Etat
Le Parisien02/12/2019 à 19:06

Pourquoi supprimer le régime spécial des cheminots va coûter cher à l'Etat

Mettre fin au régime spécial des cheminots -un point prévu dans la réforme des retraites menée actuellement par le gouvernement- va coûter très cher aux finances publiques. Voilà ce qui ressort d'un rapport confidentiel commandé par la direction de la SNCF en mars 2017.Peu avant la présidentielle 2017, Guillaume Pepy, alors patron du groupe ferroviaire, missionne une conseillère d'Etat pour expertiser le régime de retraite des cheminots créé en 1909. À deux mois du premier tour, Emmanuel Macron apparaît comme le challenger de la présidentielle. Et dans son programme, l'ancien ministre de l'Économie propose la création d'un régime de retraite universel. Autrement dit, la fin des régimes spéciaux et notamment celui des cheminots. Dans ce contexte, « l'entreprise souhaite être en capacité de répondre aux éventuelles sollicitations des parties prenantes publiques, écrit Guillaume Pepy dans sa lettre de mission, afin de garantir la prise en compte de ses contraintes économiques et sociales. »«Un surcoût lié à la perte de toute cotisation»Le résultat est un document de 68 pages, remis en juillet 2017 à la direction de la SNCF, soit deux mois après l'entrée d'Emmanuel Macron à l'Elysée. Le rapport propose notamment différents scénarios d'extinction du régime spécial. Ceux-ci varient en fonction de la fin plus ou moins rapide de l'embauche au statut et donc de la baisse du nombre de cheminots qui cotisent au régime spécial. Mais tous ont un point commun : une « bosse de financement », à la charge de l'Etat, sur la période 2030-2075.Concrètement, entre 2052 et 2059, l'Etat devra débourser environ 3,8 milliards d'euros par an contre 3,3 milliards actuellement pour équilibrer le régime. La subvention diminuera ensuite pour atteindre 1,5 milliard en 2075 et moins de 10 millions d'euros entre 2100 et 2110. A contrario, il apparaît que le scénario de référence, en cours avant ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Cambio17
    03 décembre02:42

    M1639736 si on est dans le rouge depuis 1974... C'est bien à cause des fonctionnaires et syndicalistes qui ne veulent aucune réforme !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer