1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi le programme des populistes italiens inquiète la France et l'Europe
Le Parisien21/05/2018 à 15:25

Pourquoi le programme des populistes italiens inquiète la France et l'Europe

Le projet de gouvernement antisystème de Matteo Salvini et Luigi di Maio, menace-t-il « toute la stabilité financière de l'Europe », comme l'assure le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire ? S'il est encore tôt pour le dire, le document fait déjà trembler les 28 et particulièrement la France. Dévoilé par le Mouvement 5 étoiles et La Ligue vendredi, le programme de 58 pages fait la part belle à l'euroscepticisme et contient des mesures explosives. Refuser « les diktats de Bruxelles »Si l'idée d'un référendum sur la sortie de l'euro n'a pas été conservée dans l'accord définitif, pour les deux partis populistes, l'idée est simple : il faut dire non aux « diktats de Bruxelles ». Luigi Di Maio (M5S) et Matteo Salvini (Ligue) revendiquent le contrôle de leur économie et veulent tourner le dos à l'austérité. Mais les conséquences sur la dette du pays, évaluée à 130 % du PIB, pourraient être énormes. « Le point clé de ce programme est la réaffirmation de la souveraineté italienne face au droit communautaire », explique au Parisien Marc Lazar, directeur du Centre d'histoire de Sciences-po et spécialiste de l'Italie.Les deux dirigeants veulent ainsi mettre en place leur programme chiffré à 100 milliards d'euros- réforme des retraites, plan pour la santé, l'éducation, le handicap, revenu de citoyenneté à 780 euros par mois- en dépit des règles budgétaires de la Commission européenne. « Aucune de ses dépenses publiques n'est financée, rappelle Marc Lazar. Luigi Di Maio et Matteo Salvini parient sur une reprise de la croissance et sur le projet de réduction des coûts de la politique, mais ça ne couvrira pas l'ensemble des dépenses », assure-t-il.Fin des sanctions contre la RussieSur le plan politique et international, les deux hommes souhaitent également une levée des sanctions européennes contre la Russie. Imposées par l'UE à la Russie pour son rôle présumé dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer