1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi la privatisation de la Française des jeux fait si peur aux casinos
Le Parisien13/10/2019 à 17:44

Pourquoi la privatisation de la Française des jeux fait si peur aux casinos

Les dés sont jetés. Entre le 7 et le 20 novembre 2020, l'Etat va vendre les deux tiers de ses parts de la Française des jeux (FDJ). Il ne conservera que 20 % des actions, contre 72 % actuellement, à l'issue de cette privatisation qui devrait lui rapporter de l'ordre d'un milliard d'euros. Mais si les dés sont jetés, pour les casinos, rien ne va plus.Propriétaires de la plupart des 201 établissements français, les groupes Barrière, Partouche, Joa et Tranchant accusent la FDJ de vouloir faire voler en éclat leur monopole en équipant ses points de vente de bornes de jeux qui, selon les casinos, ne seraient rien d'autre que des machines à sous électroniques, actuellement interdites en France. « Ce projet met en danger nos entreprises. Et il se prépare avec la complicité de Bercy », s'énerve Romain Tranchant, directeur général du groupe Tranchant. Une vraie menace pour les casinos qui entendent défendre leur monopole sur les « bandits manchots » qui génèrent 90 % de leurs recettes.A l'origine de ce coup de sang, l'ordonnance sur la régulation des jeux présenté le 2 octobre en conseil des ministres. Dans ce texte, « le périmètre de la FDJ empiète largement sur les jeux de casino », estiment les établissements. Le but de la manœuvre ? « Rendre la mariée plus belle avant la privatisation », avance Romain Tranchant.« Un outil légal pour blanchir l'argent sale »Pour être certain de rafler la mise, Bercy aurait donc autorisé la FDJ à déployer ses propres machines à sous. « Nos casinos compte 23000 machines, rappelle Romain Tranchant. En face, la FDJ, qui veut passer de 23000 à 45000 points de vente, va se retrouver avec 225 000 machines à sous installés dans les débits de tabac, mais aussi les stations-service ou les supérettes. »Les casinos agitent le spectre de l'Italie où la libéralisation à outrance des machines à sous a créé un « problème majeur d'addiction » et fourni « aux réseaux ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    14 octobre06:52

    Mais bon, les copains des coquins pourront peut-être, eux, avoir quelques privilèges supplémentaires.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer