Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pour sauver le climat, les acteurs non-étatiques prennent le relais

AFP12/09/2018 à 20:14

Le monde continue à rejeter dans l'atmosphère beaucoup trop de gaz à effet de serre pour limiter à 2°C l'augmentation moyenne de la température du globe ( AFP/Archives / LIONEL BONAVENTURE )

Des milliers de délégués non-gouvernementaux se rassemblent dès mercredi à San Francisco pour montrer que villes et régions peuvent combler le retard des Etats dans la lutte contre le changement climatique, notamment aux Etats-Unis où ces initiatives devraient compenser en partie le recul de Donald Trump.

Le Sommet mondial pour l'action climatique, le premier du genre avec plus de 4.000 délégués, s'est ouvert avec la publication d'un rapport qui devrait en réjouir certains et en alarmer d'autres, sur la trajectoire des émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis.

D'un côté, l'étude montre que le pays devrait tenir les deux tiers de l'objectif fixé par Barack Obama, et abandonné par Donald Trump après son arrivée au pouvoir début 2017, soit -17% d'émissions en 2025 par rapport à 2005, contre un objectif original d'au moins -26%. Le pays en est à -12% aujourd'hui.

L'autre façon de voir ce chiffre est que le pays manquera d'un tiers son objectif.

Mais le rapport souligne que de nombreux Etats américains, principalement démocrates, et des centaines de villes ont depuis 2017 redoublé leurs engagements pour "décarboniser" leurs économies depuis l'annonce de Donald Trump, avec des effets bien réels.

Par comparaison, la Chine émet aujourd'hui un peu moins de deux fois plus de gaz à effet de serre (GES) que les Etats-Unis, et devrait continuer à en rejeter de plus en plus jusque dans les années 2020, le pays s'étant engagé à un tournant avant 2030.

L'Union européenne s'était donné un objectif de réduction des GES plus ambitieux que les Etats-Unis, et a déjà accompli davantage. En prenant les mêmes années de référence que les Américains, les émissions européennes ont baissé de 21% à ce stade par rapport à 2005, et devraient atteindre -28% en 2025, selon le Climate Action Tracker. L'objectif européen original pour l'accord de Paris était de -40% de 1990 à 2030.

L'électricité "propre" connaît une croissance effrénée aux Etats-Unis, le charbon est en recul et les voitures électriques se développent --malgré l'hostilité du gouvernement Trump à la transition écologique.

Les principales conclusions du rapport de la NOAA sur le climat en 2017 ( AFP / Simon MALFATTO )

Si tous les acteurs non-fédéraux, et pas seulement les villes et Etats "écolos", intensifiaient cette dynamique, "nous pourrions nous rapprocher de très près du but fixé par les Nations unies", dit la Californienne Mary Nichols, coprésidente d'America's Pledge, la coalition à l'origine du rapport.

L'idée du sommet est de montrer concrètement que le même volontarisme peut s'appliquer au reste du monde.

- Grande délégation chinoise -

Le monde continue à rejeter dans l'atmosphère beaucoup trop de gaz à effet de serre pour limiter à 2°C l'augmentation moyenne de la température du globe ( AFP/Archives / FRED DUFOUR )

Paris, Bonn, Pékin, Le Cap, Dacca, Dubaï, Mexico, Tokyo, des villes indiennes et sud-américaines seront représentées ici à divers niveaux, dont des dizaines de maires. Il y a aussi des patrons de multinationales jouant les fers de lance de la transition écologique, et qui s'engageront à passer, en quelques années, à 100% d'électricité propre.

Des représentants de régions et d'Etats sont également présents. Plus de 70 émissaires de gouvernements régionaux et de ministres se sont retrouvés mercredi matin, la plus grande réunion de ce genre jamais convoquée selon les organisateurs de la Coalition "Under2" ("moins de 2 degrés"): des ministres d'Etats indiens et brésiliens, des gouverneurs indonésien et mexicains, un ministre japonais, des représentants régionaux espagnols, italien, allemand...

De plus en plus de juridictions mondiales se joignent à ces efforts, dernièrement la province de Chungnam en Corée du Sud. "Nous sommes les premiers en Corée à rejoindre la coalition", dit son vice-gouverneur, Nam-gung Young.

"Ce genre de sommets précipite les événements", observe Frances Seymour, de la grande ONG World Resources Institute. "Ils attirent l'attention limitée des dirigeants politiques".

La Chine a envoyé une délégation de 120 personnes, dont Xie Zhenhua, le négociateur climat.

Canada et Royaume-Uni sont représentés au niveau ministériel, la France par Ségolène Royal, ambassadrice pour les pôles, et l'Union européenne par de nombreux commissaires.

Des anomalies climatiques importantes en 2017 ( AFP / )

Le rassemblement commence alors que l'ouragan Florence menace la côte est du pays et après un été caniculaire en Europe, des événements météorologiques rares mais dont la fréquence devrait augmenter, selon les climatologues, en raison du dérèglement du climat.

Le monde continue à rejeter dans l'atmosphère beaucoup trop de gaz à effet de serre pour limiter à 2°C l'augmentation moyenne de la température du globe par rapport à la période préindustrielle, ce qui est l'objectif de l'accord de Paris.

La Terre est déjà plus chaude de 1°C environ et, à ce rythme, la hausse atteindra +3,2°C en 2100.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    12 septembre17:59

    Il y a longtemps que les points de "non retour" sont avérés...l'humanité est définitivement condamnée...Hal Elujah ou Inch Allah ni changeront rien...;-(((

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.