1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour Montebourg, l'Etat doit contester la vente d'Alstom à General Electric devant la justice
Le Parisien11/07/2019 à 21:16

Pour Montebourg, l'Etat doit contester la vente d'Alstom à General Electric devant la justice

Les cheveux sont légèrement grisonnants, mais la verve et la combativité n'ont pas pris une ride. Devant une quinzaine de sénateurs de la Commission des Affaires économiques qui travaillent sur la protection des entreprises françaises face à l'appétit des multinationales, Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Économie de François Hollande entre 2012 et 2014, insiste : « Aujourd'hui, si j'étais ministre de l'Économie, je saisirai le tribunal compétent pour faire annuler la vente d'Alstom énergie à General Electric (GE) ».Il faut dire que quatre ans après la prise de contrôle contestée de ce fleuron français par l'entreprise américaine, l'affaire est loin de s'éteindre. L'annonce en mai dernier d'un plan social de GE prévoyant 1 050 suppressions de postes en France, dont près de 800 dans l'entité turbines à gaz du site de Belfort, a ravivé les rancœurs. Une pilule d'autant plus amère que GE s'était engagé à créer un millier d'emplois lors du rachat.Mardi, l'intersyndicale de GE à Belfort et des élus ont d'ailleurs annoncé leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour qu'il fasse respecter cet accord. Un engagement qui a été « arraché de façon nocturne, se souvient l'ex-ministre devenu entrepreneur dans le miel. Ni GE ni Alstom n'en voulaient. » Et pourtant, l'ancien socialiste le reconnaît, cet accord restait symbolique : « J'ai regretté ne pas être beaucoup plus exigeant. J'aurais dû mettre la clause de retour en l'état antérieur si les accords n'étaient pas respectés. » Et pour l'ancien trublion de la gauche, aucun doute : « C'est ce qu'il conviendrait d'obtenir aujourd'hui ». Comment ? « En droit français une vente qui a été réalisée par une violation du consentement peut être annulée. »«La décision de vendre prise par François Hollande»Car l'histoire est désormais connue depuis la parution du livre choc de Frédéric ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    12 juillet07:45

    vous êtes sûr de ce que vous avancez bpasseri ? De mémoire il était contre la vente d'alstom à GE c'est Macron qui a fait en sorte que la vente se fasse. Donc.........

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer