Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pour les retraités, la faible revalorisation des pensions est "dure à avaler"

AFP27/08/2018 à 17:40

La faible augmentation des pensions de retraite prévue en 2019 et 2020 par le gouvernement pour faire des économies fait grincer des dents les retraités ( AFP/Archives / SEBASTIEN BOZON )

"Un double coup de massue": la faible augmentation des pensions de retraite prévue en 2019 et 2020 par le gouvernement pour faire des économies fait grincer des dents les retraités, déjà très remontés contre la hausse de la CSG.

Dans une interview accordée dimanche au JDD, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que les pensions de retraites, comme les allocations familiales et les aides personnalisées au logement (APL), ne seraient pas indexées sur l'inflation mais "progresseraient de façon plus modérée, de 0,3 % par an en 2019 et en 2020 " pour "maîtriser les dépenses publiques".

"Après la hausse de la CSG, on peut dire que c'est un double coup de massue pour les retraités", réagit lundi auprès de l'AFP Michel Salingue, secrétaire général de la Fédération générale des retraités de la fonction publique, trouvant la mesure "un peu dure à avaler".

Pour lui, ce sont "les 16 millions de retraités qui vont voir leur pouvoir d'achat baisser de manière considérable".

Les pensions retraires en-dessous de l'inflation ( AFP / Thomas SAINT-CRICQ )

Cet ancien instituteur, qui touche 2.000 euros mensuels de pension, a sorti sa calculette: "Si on ajoute la hausse de 1,7 point de CSG à une inflation estimée pour 2019 à 1,6% et qu'on enlève la petite revalorisation prévue de 0,3%, on obtient une perte de 3%, donc 60 euros par mois, 720 euros par an."

"Pour moi, ça va toucher des choses qui ne sont pas essentielles, comme des vacances, des sorties, mais certainement pas les cadeaux aux petits-enfants", poursuit-il. "En revanche, pour des personnes qui ont moins de retraite, ça va taper directement dans les dépenses du quotidien."

En France, secteurs privé et public confondus, on estime la retraite moyenne à 1.300 euros net par mois, en incluant les complémentaires.

- "Assommer" les retraités -

"Cette mesure, c'est juste la continuité de la politique de ce gouvernement", déplore auprès de l'AFP Francisco Garcia, président de l'Union nationale des retraités et personnes âgées (UNRPA), estimant qu'"on méprise les retraités".

Au cours des derniers mois, les fédérations de retraités et organisations syndicales sont plusieurs fois descendues dans la rue pour critiquer, d'abord, le report d'octobre 2018 à janvier 2019 de l'indexation des pensions de retraite (mesure de la Loi de finances de la Sécurité sociale 2018), puis la hausse de 1,7 point de CSG, qui touche depuis le 1er janvier 60% des retraités, soit 7,5 millions de personnes.

Le Premier ministre Édouard Philippe sort de l'Élysée après un Conseil des ministres à Paris, le 3 août 2018 ( AFP/Archives / Geoffroy VAN DER HASSELT )

Dans un communiqué, l'Union confédérale des retraités CGT a appelé lundi à une grande journée de mobilisation intersyndicale, le 9 octobre, pour dénoncer l'indexation des pensions de retraites "au bon vouloir du gouvernement".

Dans tous les rangs de l'opposition, la mesure a également été vivement critiquée. A droite, le vice-président de LR, Jean Leonetti, a déploré "un très mauvais choix" du gouvernement.

A gauche, l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande, Michel Sapin, a estimé qu'on allait "assommer les retraités".

M. Macron "a déjà demandé des sacrifices considérables à nos retraités (...) aujourd'hui ils vont être à nouveau durement frappés", a également critiqué l'eurodéputé du Rassemblement national (RN, ex-FN), Nicolas Bay.

Invité lundi matin sur RTL, le ministre de l'Economie Bruno le Maire a martelé que les retraités "ne seront pas perdants". "Leur pension de retraite sera revalorisée moins vite mais elle continuera à être revalorisée (...) Nous ne leur prenons pas d'argent", a-t-il justifié.

"C'est nous prendre pour des imbéciles que de dire cela", réagit M. Salingue. "Bien sûr, mathématiquement, les retraites ne baisseront pas, mais comparativement aux prix à la consommation, le niveau de vie va baisser, c'est indéniable".

En pleine consultation pour une réforme des retraites, prévue pour 2019, il voit dans les arbitrages budgétaires "un très mauvais signe", craignant "la fin de la revalorisation systématique des pensions de retraite".

33 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 265023
    28 août15:52

    Inutile de brailler sur les uns ou les autres, TOUS de tous bords sont des gui gnols ab jects que vous supportez depuis 40 ans. je n'ai plus ce souci car en janvier dernier, par ras le bol, j'ai quitté sans regret ce pays de racket en voie de sous développement, pour le Portugal.

    Signaler un abus

  • M3366730
    28 août13:45

    Cet ancien instituteur, qui touche 2.000 euros mensuels de pension" soit 24 000 € par an, plus qu'une grande partie des salariés actuels du privé !! A LIRE https://www.sauvegarde-retraites.org/article-retraite.php?n=1011 "Pour l'instant, le fossé continue au contraire à se creuser entre les affiliés aux régimes de retraite du privé et ceux du secteur public."

    Signaler un abus

  • M3366730
    28 août13:41

    "Cet ancien instituteur, qui touche 2.000 euros mensuels de pension" Bonne retraite pour quelqu'un qui n'a pas cotisé à un taux suffisant toute son activité et quand l'un sais que 400 000 retraités (très majoritairement salariés du privé) touchent le minimum de retraite !! Qu'il arrêt de se plaindre !!!

    Signaler un abus

  • M3366730
    28 août13:35

    Agnès Buzyn refuse d'annoncer la fin des régimes spéciaux du public https://www.sauvegarde-retraites.org/article-retraite.php?n=1040 (ceux des trois fonctions publiques et des régimes spéciaux des principales entreprises publiques comme la SNCF, la RATP, les industries électriques et gazières, les contrôleurs aériens, mais aussi ceux des députés et sénateurs)

    Signaler un abus

  • M3366730
    28 août13:25

    "En France, secteurs privé et public confondus, on estime la retraite moyenne à 1.300 euros net par mois, en incluant les complémentaires." NON, IL Y A QUAND MEME UN DIFFERENTIEL DE 400 à 500 € AU MINIMUM PAR MOIS EN PLUS POUR LES REGIMES SPECIAUX ET FONCTIONNAIRES ALORS QU'ILS ONT MOINS COTISES !!!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.