1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour les cadres, le travail s'immisce trop souvent dans la vie privée
Le Parisien13/11/2019 à 07:30

Pour les cadres, le travail s'immisce trop souvent dans la vie privée

« Dire qu'il y a des gens en pagaille/Qui courent sans cesse après le travail/Moi le travail me court après/Il n'est pas près de m'rattraper », fanfaronnait Henri Salvador dans sa chanson « Le travail c'est la santé ». Mais pour nombre de cadres, il finit bel et bien par les rattraper. Une étude Ifop pour Mooncard* le montre : le sentiment d'être « sous l'eau » et de ne pas parvenir à empêcher son travail de passer le pas de la porte du domicile est particulièrement répandu. À la clé, le risque de voir sa vie privée sérieusement en pâtir, malgré le « droit à la déconnexion », censé préserver la sphère privée de l'intrusion professionnelle.Trop de choses à faire. Comment séparer sa vie privée de sa vie professionnelle quand les heures de travail ne suffisent pas à tout faire ? Les cadres ont l'impression d'asphyxier et de crouler sous le travail. Plus de huit cadres interrogés sur dix estiment qu'ils ont « globalement plus de choses à faire qu'il y a quelques années » et 77 % estiment qu'ils ont « trop de tâches à gérer en même temps ». Parmi ces tâches chronophages, il y a les mails, tonneau des Danaïdes du monde contemporain, qui sont reçus en trop grand nombre selon 74 % des cadres.Un mal universel. Même lorsque la journée de travail est derrière eux, les cadres ont bien du mal à ne pas penser à leur boulot. 95 % d'entre eux déclarent qu'il leur arrive de penser au travail une fois qu'ils sont rentrés à la maison et 94 % pendant le week-end. Toutes les catégories de la population sont concernées par cette « charge mentale » : 60 % des cadres travaillant en province y pensent « souvent » en fin de journée contre 59 % à Paris.Les chiffres sont quasiment identiques chez les moins de 35 ans et les plus de 35 ans (58 % contre 59 % affirment souvent y penser) mais un peu plus élevés chez les femmes (64 %) que chez les hommes (58 %).Un danger pour la vie de couple et la ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer