Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour le FMI, la Grèce n'a pas besoin de plus d'austérité

Reuters12/12/2016 à 22:12
    BRUXELLES, 12 décembre (Reuters) - Le Fonds monétaire 
international (FMI) s'est déclaré lundi opposé à tout 
durcissement de la politique d'austérité imposée à la Grèce et 
il a appelé à la mise en place d'un nouveau modèle de protection 
sociale financé par le rééquilibrage de la fiscalité et du 
système de retraites, qu'il juge trop généreux. 
    Dans un article, le chef du département Europe du FMI, Poul 
Thomsen, et son chef économiste, Maury Obstfeld, écrivent que 
pour le Fonds, l'insistance de la zone euro à obtenir de la 
Grèce un excédent budgétaire primaire (c'est à dire hors service 
de la dette) de 3,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2018 est 
une erreur, un solde de 1,5% étant selon eux suffisant. 
    "Nous avons averti que cela se traduirait par un niveau 
d'austérité qui empêcherait la reprise naissante de prendre 
racine", ajoutent-ils à propos de l'objectif de 3,5%. 
    La publication de ce texte intervient alors que le FMI et la 
zone euro peinent toujours à s'entendre sur la voie que doit 
emprunter la Grèce pour assurer son redressement.  
    Certains pays de la zone euro, comme l'Allemagne, estiment 
qu'Athènes doit non seulement atteindre les 3,5% d'excédent 
budgétaire primaire en 2018 mais aussi maintenir ce niveau 
pendant dix ans. Pour le FMI, une telle démarche serait 
contre-productive. 
    "Peut-être la Grèce, par un effort herculéen, pourrait-elle 
parvenir aux réductions de dépenses nécessaires pour atteindre 
les 3,5% (...) à court terme. Mais l'expérience a montré que 
cela ne pouvait pas être durable et que c'était incompatible 
avec l'objectif de croissance à long terme ambitieux de la 
Grèce", dit l'article. 
    L'Allemagne insiste sur l'objectif d'excédent primaire car 
celui-ci, s'il était atteint durablement, permettrait d'éviter 
un allègement du fardeau de la dette grecque, un sujet délicat 
vu de Berlin à neuf mois des élections législatives.  
     
    "LA DETTE GRECQUE EST TOUT À FAIT INTENABLE" 
    Pour le FMI, "la dette grecque est tout à fait intenable et 
aucune accumulation de réformes structurelles ne la rendra 
tenable sans allègement important".  
    Le Fonds estime qu'au lieu de couper dans les dépenses et 
l'investissement publics ou dans les dépenses de santé, la Grèce 
doit s'attaquer à la réforme de son système fiscal, qui épargne 
pour l'instant totalement plus de la moitié des foyers. 
    Le FMI juge également que le système de retraites grec est 
extrêmement généreux. La Grèce consacre 11% de son PIB aux 
retraites chaque année alors que la dépense moyenne des autres 
pays de la zone euro est de 2,25%. 
    La Grèce a déjà tenté de réformer ce système mais les 
différents projets ont été bloqués par la justice ou étaient 
inadaptés selon le FMI. 
    Ce dernier ajoute qu'Athènes ne dispose pas d'un système 
d'assurance chômage ni d'autres prestations sociales comparables 
à celles que l'on trouve dans la plupart des autres pays 
européens alors qu'ils sont indispensables pour une économie de 
marché moderne. 
    L'absence d'assurance chômage rend le gouvernement grec 
réticent à libéraliser le droit du travail afin de faciliter les 
licenciements, explique le FMI. 
    "Plutôt que d'assurer un soutien aux salariés licenciés, le 
gouvernement restreint la capacité des entreprises à licencier", 
résume l'article. 
    "Les retraites ne constituent pas un substitut à un filet de 
sécurité approprié et cet arrangement particulier n'a pas été en 
mesure de répondre à l'augmentation de la pauvreté au sein des 
catégories les plus vulnérables", ajoute-t-il. 
    Le Fonds recommande d'élargir l'assiette de l'impôt sur le 
revenu et de modifier le système de retraites afin d'assurer des 
recettes permettant d'augmenter les dépenses ou de réduire la 
pression fiscale de façon à soutenir la croissance. 
    "Les autorités doivent réduire encore les pensions de 
retraite tout en augmentant les dépenses consacrées à un système 
de protection sociale moderne et correctement ciblé, afin de 
protéger ceux qui en ont le plus besoin", écrit-il. 
       
 
 (Jan Strupczewski; Marc Angrand pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.