1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour Kanner (PS), Roxana Maracineanu est une ministre "fossoyeur"
AFP08/04/2019 à 21:05

L'ancien ministre des Sports Patrick Kanner (PS) a qualifié lundi l'actuelle titulaire du portefeuille, Roxana Maracineanu, de "ministre fossoyeur", en raison notamment de la baisse du budget du ministère.

"Je suis extrêmement choqué de la manière dont le ministère de Laura Flessel et maintenant de Roxana Maracineanu fonctionne. J'ai porté la candidature des Jeux olympiques pour Paris 2024 (...) Je suis totalement effaré de voir que l'un des rares budgets qui a diminué c'est celui du sport", a déclaré M. Kanner, invité de l'émission Audition publique (LCP/Public Sénat/Le Figaro/AFP).

"On vient d'avoir les JO et on diminue pour la deuxième fois consécutive le budget du sport", a insisté M. Kanner, qui aurait souhaité un doublement de ce budget d'ici 2024.

Le budget du Sport s'élève à 461 millions d'euros pour 2019 (contre 517 millions en 2017).

"La ministre est en train de négocier avec les fédérations sportives le transfert de 1.600 postes de conseillers techniques sportif, ceux qui repèrent les futurs champions, ceux qui viennent encadrer les clubs. (..) Pour moi c'est un ministre fossoyeur", a-t-il dénoncé, en critiquant également la baisse du nombre de contrats aidés, qui handicape les associations sportives.

Début avril, le ministère des Sports a indiqué qu'il travaillait toujours au scénario d'un détachement progressif des conseillers techniques sportifs, qui sont des fonctionnaires, vers les fédérations, attisant les craintes d'une "suppression" du "service public du sport".

"Affaiblir le sport c'est une manière de considérer cette activité humaine comme résiduelle", alors que c'est "un vecteur d'épanouissement, de liberté, de lien social", a-t-il fustigé.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer