Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PORTRAIT-Macron, surprise de l'équipe Valls II, nommé à l'Economie

Reuters27/08/2014 à 13:00

(Actualisation du portrait avec citations de mercredi) * Il mettra en oeuvre le cap qu'il a contribué à fixer * "Provocation dérisoire", déplore-t-on dans l'aile gauche du PS * Un bon signal pour les partenaires européens, dit un économiste PARIS, 27 août (Reuters) - Emmanuel Macron fait son entrée au gouvernement comme ministre de l'Economie à la place d'Arnaud Montebourg pour porter la politique de baisse du coût du travail de François Hollande. Secrétaire général adjoint de l'Elysée chargé de la politique économique jusqu'à l'été, cet énarque âgé de 36 ans a largement contribué à bâtir cette politique, dont la contestation par Arnaud Montebourg a provoqué le remaniement. Lors de sa prise de fonction mercredi, il a assumé sa différence avec son prédécesseur, disant sa volonté de restaurer la confiance des entreprises, des investisseurs et des Français en évitant les "oppositions stériles" pour redresser une économie française stagnante. ID:nL5N0QX146 Il avait quitté l'Elysée en expliquant que l'essentiel de l'agenda économique avait été fixé : le calendrier de redressement du déficit public et la politique de soutien à la compétitivité des entreprises, avec le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et le pacte de responsabilité. Les idées qu'il exprimait à l'Elysée et les politiques qu'il a contribué à mettre en oeuvre tranchent avec la personnalité d'Arnaud Montebourg, qui fustigeait l'orthodoxie allemande et les patrons "voyous" et demandait d'aider davantage les ménages. D'autant qu'il avait auparavant été banquier chez Rothschild. "Nous n'avons pas toujours eu les mêmes sensibilités", a-t-il dit mercredi aux côtés d'Arnaud Montebourg mais "au fond nous sommes deux hommes de conviction qui appartenons à la même famille". "Macron le libéral pour remplacer Montebourg = provocation dérisoire", a réagi mardi le député socialiste "frondeur" Laurent Baumel sur Twitter après l'annonce de sa nomination. HOMME DE CONFIANCE DU PRÉSIDENT Pour Julien Manceaux, économiste chez ING, "le nouveau ministre de l'Economie est assurément une confirmation des intentions de M. Hollande et un très bon signal pour les partenaires européens de la France". "Cette décision montre clairement que l'aile droite du Parti socialiste est aussi capable de donner de la voix", ajoute-t-il. Selon l'entourage de François Hollande, "Macron a fait ses preuves à l'Elysée". "Il a eu à traiter des dossiers très sensibles politiquement, notamment le dossier Alstom, dans lequel il a joué un rôle clé." "Il a une très bonne connaissance du monde de l'entreprise et notamment de l'industrie, il est jeune et le plus important, il a toute la confiance du président", a-t-on ajouté. Il partagera la tête de Bercy avec un autre homme de confiance de François Hollande, Michel Sapin, confirmé au ministère des Finances et des Comptes publics. A l'Elysée, il était le point de contact entre les entreprises et la présidence de la République, contribuant à apaiser les tensions nées des hausses des prélèvements, dont la promesse de campagne de François Hollande de taxer à 75% les revenus au-dessus d'un million d'euros par an. En quittant l'Elysée, Emmanuel Macron avait dit vouloir mener des projets personnels. Il avait été remplacé comme conseiller économique de la présidence par Laurence Boone, économiste chez Bank of America Merrill Lynch. Diplômé de philosophie et de l'ENA, inspecteur des finances, Emmanuel Macron est proche de Jean-Pierre Jouyet, devenu secrétaire général de l'Elysée en avril dernier. Un solide carnet d'adresses en poche, il avait participé à la commission Attali "pour la libération de la croissance française" mise en place sous la présidence de Nicolas Sarkozy. (Jean-Baptiste Vey, avec Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.