1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pollution de l'air : les purificateurs d'air sont-ils vraiment efficaces ?
Le Parisien06/11/2019 à 13:33

Pollution de l'air : les purificateurs d'air sont-ils vraiment efficaces ?

Avec l'automne qui s'installe, on passe de plus en plus de temps à l'intérieur où l'air est très pollué, sans compter qu'on aère moins... Selon l'OMS (organisation mondiale de la santé) l'air intérieur peut être jusqu'à 8 fois plus pollué que l'air extérieur, En plus des fumées automobiles qui pénètrent dans les maisons et les appartements, il faut ajouter les produits ménagers, les peintures ou encore les revêtements pour les murs et les sols.Des grandes marques d'électroménager (Dyson, Philips, Delonghi, Rowenta...) comme des PME plus locales (Partnering Robotics, Naturea) proposent des petites machines pour assainir l'air de nos chambres. Le principe ? Elles aspirent l'air pour le recracher plus propre. Des produits qui coûtent cher. Jusqu'à 650 € si l'appareil fait aussi radiateur et ventilateur, 350 € pour les concurrents. Auxquels, il faut ajouter 25 à 40 € pour les filtres qu'on change approximativement tous les six mois.En 2017, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) avait publié une étude au vitriol sur les appareils reposant sur le principe du plasma, de la catalyse et photocatalyse pour piéger ou détruire les polluants qui « encrassent » nos maisons.Les purificateurs qui ionisent, notamment, chargent en fait négativement les particules polluantes pour qu'elles retombent au sol. L'Anses relevait qu'on ne pouvait pas prouver que cela n'est pas pas encore plus nocif que les polluants que l'on cherche à éliminer.Méfiance sur les sprays« À l'époque, on commercialisait du grand n'importe quoi, des solutions qui promettaient d'ioniser l'air et d'envoyer des bonnes ondes, l'Anses a voulu mettre le holà. Il ne faudrait pas scier la branche de solutions intéressantes », signale Olivier Blond, de l'association Respire spécialisée dans la lutte contre la pollution de l'air. Son conseil ? Choisir ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer