1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Polémique sur le voile : «Ces signaux faibles qui voudraient dire musulman...»
Le Parisien03/11/2019 à 18:22

Polémique sur le voile : «Ces signaux faibles qui voudraient dire musulman...»

Elle, femme, les cheveux couverts, si fière d'accompagner son fils et ses camarades, pour leur montrer les ressorts de nos institutions démocratiques, a dû lui sécher ses larmes sous les éructations racistes d'élus qui les ont chassés et poursuivis, hors de leur citoyenneté, hors de leur qualité d'êtres humains.Nous, femmes, hommes, exerçant la profession d'avocats, héritiers d'une tradition républicaine, laïque, assistons à la destruction méthodique de ce socle fondateur que nous pensions intangible.Nous, femmes, hommes, avocats de confession musulmane, nés en France ou ailleurs, dont l'appartenance à la communauté républicaine n'avait jamais été questionnée, sommes exhibés d'un doigt accusateur en raison de notre confession, de nos habits, de la longueur de nos poils, du temps que nous passons à nous recueillir dans la prière, de la façon dont nos enfants se tiennent ou ne se tiennent pas la main, de la manière que nous avons de saluer nos concitoyens, de tous ces signaux faibles qui voudraient dire musulman.Nous, femmes, hommes, avocats, sommes stupéfaits par la résurgence d'une injonction gouvernementale à la délation de personnes du fait de leur confession, ces signaux faibles, outils de contrôle de chacun sur tous au profit de l'Etat et conduisant à des procédures judiciaires préventives abusives et à des poursuites pour dénonciation calomnieuse à l'encontre de ceux qui auront commis ces signalements.Nous, femmes, hommes, avocats, déplorons la décision de M. Blanquer, ministre de l'Education, d'imposer aux enseignants de violer la loi en commettant des actes discriminatoires à l'encontre de mères accompagnatrices, générant un risque judiciaire pour les enseignants concernés.Nous, femmes, hommes, avocats sommes choqués d'entendre des paroles relevant de la provocation à la haine raciale librement et volontairement diffusées par des rédactions télévisées et radiophoniques en ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ZvR
    03 novembre22:00

    La traduction pour les sans dents Lorsqu'on enlève les fiorutures et les discours dégoulinant de larmes de crcodile et de pseudo valeurs republicaines c'est que si le bas peuple s'agite un peu trop Les auteurs de ce message apporteront leur soutien au régime mfieux actuel et aux mesures de répression nécessaire, car ils n'ont aucune envie de partager leur assiette de soupe à l'oseil avec les sans dents.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer