Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Polémique sur la retraite-chapeau de Philippe Varin

Reuters27/11/2013 à 18:13

LE GOUVERNEMENT DEMANDE À PSA DE REVOIR LA RETRAITE CHAPEAU DE PHILIPPE VARIN

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - La retraite-chapeau prévue par PSA Peugeot Citroën pour son président Philippe Varin suscite la polémique, le constructeur automobile ayant provisionné 21 millions d'euros alors qu'il est en difficulté financière et en restructuration.

La CGT, sur son site internet, s'est émue du montant de 20.968.000 euros mentionné dans le document de référence 2012 de PSA au titre des engagements du régime de retraite des dirigeants.

PSA a eu beau préciser mercredi que Philippe Varin, qui cédera sa place à la tête du groupe en 2014, ne toucherait pas cette somme car elle correspond à un montant brut total estimé pour les 25 prochaines années, plusieurs responsables politiques ont exprimé leur indignation et le gouvernement a demandé un réexamen du dispositif.

"La pension retraite totale du président du directoire, en comprenant les régimes de retraite obligatoire et conventionnels, s'élèverait à environ 300.000 euros par an, après charges fiscales et sociales", a expliqué PSA dans un communiqué, soit un total net de 7,5 millions d'euros sur 25 ans pour Philippe Varin.

A l'Assemblée nationale, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a affirmé qu'"il est hors de question que l'Etat donne son accord à la moindre rémunération exceptionnelle" de dirigeants de PSA.

Le groupe, dont la filiale bancaire a bénéficié en 2012 d'une garantie de l'Etat de sept milliards d'euros, a rappelé dans un communiqué que le régime de retraite d'entreprise avait été approuvé par les actionnaires et était conforme aux recommandations du code de gouvernement d'entreprise établi par les organisations patronales Afep-Medef.

Ce Haut Comité de gouvernement d'entreprise a annoncé qu'il se saisissait du dossier. Philippe Varin, sur twitter, a aussitôt fait savoir qu'il se conformerait à son avis.

Philippe Varin, 61 ans, a perçu au titre de 2012 un salaire de 1,3 million d'euros, ayant renoncé à la part variable de sa rémunération depuis 2011. "A mon départ du groupe, le moment venu, je ne toucherai aucune indemnité de départ", a-t-il rappelé sur France Info.

"UNE DÉCISION INAPPROPRIÉE"

Nommé en juin 2009 à la tête de PSA, Philippe Varin y a engagé l'an dernier un plan social prévoyant 8.000 suppressions d'emplois et la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Jean-Pierre Mercier, représentant de la CGT dans cette usine a parlé de "scandale" et demandé au patron de PSA d'y renoncer étant donné les difficultés de l'entreprise. Le maire d'Aulnay, Gérard Ségura, en a appelé "solennellement" à Philippe Varin pour que cette somme soit affectée au moins partiellement "à l'amélioration du plan social de l'usine".

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, rappelant que "l'entreprise a imposé des sacrifices à ses salariés importants", a jugé "naturel que cette décision, à l'évidence inappropriée, soit reconsidérée".

Interrogés dans les médias sur cette retraite-chapeau, l'ancien ministre du Travail Jean-Louis Borloo, président de l'UDI, a noté qu'il est "déjà arrivé que des dirigeants y renoncent" et Bernard Accoyer, ancien président UMP de l'Assemblée nationale, a de même estimé qu'il serait "bienvenu" que les dirigeants de grandes entreprises en difficulté diminuent voire renoncent à leurs avantages.

PSA, qui a brûlé trois milliards d'euros de trésorerie en 2012, espère réduire de plus de moitié sa consommation de cash cette année. Des sources ont indiqué à Reuters qu'il préparait une augmentation de capital d'au moins trois milliards d'euros à laquelle l'Etat français et le constructeur automobile chinois Dongfeng participeraient à parité.

Avec Jean-Baptiste Vey, Sophie Louet, édité par Dominique Rodriguez

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.