Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PO-Fillon, Raffarin et Juppé dénoncent la passivité de la France

Reuters13/08/2014 à 15:50

* Les chefs de l'UMP critiquent le "suivisme" de Paris * Fabius réplique à un procès "sans fondement" selon lui (Actualisé avec réaction de Fabius) PARIS, 13 août (Reuters) - La France doit faire preuve d'initiative diplomatique et jouer un rôle moteur au sein de l'Union européenne face aux crises qui ravagent le Proche-Orient, estiment Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin dans une lettre ouverte à François Hollande publiée dans Le Monde daté de jeudi. Un procès à charge "sans fondement", a aussitôt répliqué le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, fustigeant des déclarations "attristantes" et "surprenantes" à l'heure où la France se mobilise sur différents fronts dans la région. "Aujourd'hui, monsieur le président, face aux urgences de la scène internationale, la France, pour faire entendre sa voix, doit avoir l'audace de l'initiative", écrivent les trois anciens Premiers ministres UMP qui dénoncent une politique au Proche-Orient oscillant depuis deux ans "entre passivité et suivisme". "Nous ne pouvons pas nous contenter d'être des spectateurs engagés devant le drame qui se noue sous nos yeux : nous devons répondre sans attendre aux urgences humanitaires à Gaza comme en Irak", ajoutent-ils. La France a "exigé" début août un cessez-le-feu réel entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et a prôné "l'imposition" d'une solution politique par la communauté internationale face à l'incapacité des deux parties à conclure une négociation de paix. En Irak, un premier chargement d'aide humanitaire française a été livré le week-end dernier en présence de Laurent Fabius à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, où ont trouvé refuge de nombreux chrétiens et yazidis persécutés par les djihadistes de l'Etat islamique (EI). François Hollande a annoncé mercredi la livraison d'armes aux autorités du Kurdistan irakien. Paris a par ailleurs appelé à la tenue d'un conseil spécial des ministres des Affaires européennes de l'UE sur la situation en Irak et a apporté son soutien aux frappes aériennes américaines contre des positions de l'EI dans le nord du pays. "OUTRANCES" "Les initiatives de la France et de la Grande-Bretagne (qui a également parachuté de l'aide humanitaire-NDLR) vont dans le bon sens mais elles sont insuffisantes", estiment Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon qui appellent à un "engagement massif" et immédiat de l'Union européenne. Les trois co-présidents de l'UMP par intérim prônent entre autres la tenue d'une réunion en urgence d'une conférence régionale associant notamment la Tuquie, l'Iran et le Qatar, qui "seuls peuvent encore stopper l'Etat islamique". "La tentation de la violence et de la guerre naît de la faiblesse de la diplomatie", soulignent-ils. "Le retour à une diplomatie singulière, non alignée, mais entraînante, notamment pour l'Europe, reste pour la France la manière d'assumer sa mission". Dans un communiqué, Laurent Fabius fustige ces déclarations, mettant en avant le fait que "chacun reconnaît combien la France a été et est active par elle-même et pour mobiliser l'Europe et la communauté internationale en Irak, dans le conflit israélo-palestinien, en Syrie, au Liban, et plus généralement au Proche et au Moyen-Orient". "Il est surprenant - et à vrai dire attristant - de lire les déclarations des trois coprésidents de l'UMP par intérim critiquant sans fondement ni nuance la politique étrangère de leur propre pays, évoquant même un "déshonneur", écrit-il. "Les graves tensions de la situation politique internationale devraient appeler plutôt le rassemblement que la polémique. Le combat de politique intérieure ne justifie pas toutes les outrances", ajoute-t-il. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.