Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Plus de temps à perdre pour la Grèce, dit François Hollande

Reuters25/08/2012 à 20:35

DES DÉCISIONS RAPIDES DEVRONT ÊTRE PRISES SUR LA GRÈCE POUR FRANÇOIS HOLLANDE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande a confirmé samedi au Premier ministre grec son souhait de voir la Grèce conserver la monnaie unique, invitant Athènes à la "crédibilité" et l'Union européenne à faire "ce qu'elle doit" pour maintenir l'intégrité de la zone euro.

Au terme d'un entretien d'une heure avec le chef de l'Etat à l'Elysée, Antonis Samaras a fait du maintien de la monnaie unique une question de "fierté" pour son pays, où l'espoir doit revenir, a-t-il dit, sous peine de menacer la cohésion sociale.

François Hollande a répété que la Grèce devait rester dans la zone euro tout en insistant sur les efforts que le pays devait réaliser pour assainir sa situation budgétaire.

"Nous devons faire en sorte que la question de la Grèce dans la zone euro ne se pose plus parce que pour moi, elle ne se pose pas : la Grèce est dans la zone euro et la Grèce doit rester dans la zone euro", a dit le président français dans la cour de l'Elysée.

"Elle doit faire la démonstration de la crédibilité de son programme et de la volonté de ses dirigeants d'aller jusqu'au bout tout en faisant en sorte que cela soit supportable pour sa population", a ajouté François Hollande, marquant son souci d'un risque social en Grèce.

La veille à Berlin, la chancelière Angela Merkel avait elle aussi plaidé aux côtés d'Antonis Samaras pour une Grèce dans l'euro, malgré les doutes exprimés par une partie de ses concitoyens à un an des élections législatives allemandes.

Confrontée à sa cinquième année de récession, la Grèce voudrait bénéficier d'un sursis pour pouvoir respecter ses engagements budgétaires convenus en vertu d'un second plan d'aide international de 130 milliards d'euros.

Dans un entretien accordé au Tagesspiegel à paraître dimanche, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble réaffirme son hostilité à ce sursis. "Plus de temps veut souvent dire plus d'argent et cela signifierait rapidement un nouveau plan (d'aide). Ce ne serait pas le bon moyen de résoudre les problèmes fondamentaux de la zone euro", dit-il.

Armin Laschet, membre de la CDU de Merkel, juge quant à lui que le dossier grec ne se limite pas à ses enjeux économiques. Une sortie de la zone euro "pourrait déstabiliser un Etat membre de l'Otan. La Russie se tient prête à aider la Grèce avec des milliards en pareil cas (...) Il y a des enjeux bien plus lourds que la question du respect des critères", a-t-il déclaré à Reuters.

Aux yeux de François Hollande, le temps est compté et l'Europe devra agir vite une fois reçu le rapport de la troïka - Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international - attendu mi-septembre.

Les créanciers d'Athènes devront ensuite décider s'ils débloquent la nouvelle tranche d'aide prévue en octobre et s'ils accordent davantage de temps à la Grèce pour ses réformes.

"LA GRÈCE Y ARRIVERA", DIT SAMARAS

Des questions appelées à être débattues lors de la réunion de l'Eurogroupe le 8 octobre à Luxembourg, avant le sommet européen des 18 et 19 octobre à Bruxelles.

Une fois le rapport remis et les engagements grecs confirmés, "l'Europe devra faire ce qu'elle doit", a insisté François Hollande. "Cela fait deux ans et demi que la question est posée. Il n'y a plus de temps à perdre. Il y a des engagements à réaffirmer de part et d'autre, des décisions à prendre et le plus tôt sera le mieux".

Les ministres français des Affaires étrangères et des Finances, Laurent Fabius et Pierre Moscovici, ont assisté à l'entretien entre François Hollande et Antonis Samaras, qui se voyaient pour la première fois.

Dans sa déclaration, le nouveau Premier ministre grec, issu des élections du 17 juin, a affirmé que l'Union européenne avait tout à gagner au maintien de son pays dans l'euro.

"La Grèce y arrivera, elle restera dans la zone euro", a-t-il assuré. "Et ce succès de la Grèce sera un succès européen. Nous allons démontrer que l'Europe est capable de dépasser ses difficultés et ses problèmes, unie".

"Nous pourrons remplir nos objectifs et nos engagements", a-t-il ajouté tout en insistant sur la croissance, "sinon tous ces efforts aboutiront à un nivellement vers le bas".

"La Grèce, le peuple grec est une nation fière : nous n'aimons pas dépendre des autres et emprunter", a-t-il souligné. "Nous devons retrouver l'espoir car sans espoir nous allons perdre la cohésion sociale."

Après une relative accalmie sur les marchés cet été, la crise de la zone euro revient sur le devant de la scène avec un regain d'inquiétude en Grèce mais aussi en Espagne, en Italie et au Portugal.

François Hollande sera jeudi prochain à Madrid pour rencontrer le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy puis en Italie début septembre pour un entretien avec le président du conseil, Mario Monti.

Agitée en Allemagne et dans d'autres pays comme la Finlande et les Pays-Bas, la possibilité d'une sortie d'Athènes de l'euro reste écartée par Paris.

Les autorités françaises considèrent qu'elle serait un désastre pour les Grecs, sans compter le risque d'entraîner d'autres pays sur cette voie.

"L'intégrité de la zone euro est le fondement même de l'action que nous devons conduire", dit une source parisienne.

Avec Jean-Baptiste Vey et Jean-Philippe Lefief, édité par Patrick Vignal


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.