1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Plaintes contre Darmanin : «Une mise en cause n'est pas une mise en examen», juge Griveaux

Le Parisien15/02/2018 à 09:48

Plaintes contre Darmanin : «Une mise en cause n'est pas une mise en examen», juge Griveaux

Après la deuxième plainte déposée contre le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, les éléments de langage sont clairs dans la majorité. Membres du gouvernement et élus de la République en Marche (LREM) rappellent tous que le Premier ministre a « fixé la règle » : pas de mise en examen, pas de démission. Des membres de l'opposition sont aussi sur la même ligne.« Le droit rien que le droit », rappelle Benjamin Griveaux. Le porte-parole du gouvernement a insisté sur Sud Radio pour dire que « quand on fixe une règle, on s'y tient ». « S'il est mis en examen, la règle sera appliquée comme elle l'a toujours été », a-t-il ajouté. Le député LREM Gabriel Attal a été sur la même ligne sur France Info. « La règle est claire et réaliste car elle a été décidée par le Premier ministre, a-t-il expliqué, si on bascule dans autre chose, (qu'une plainte vaut démission), on bascule dans la présomption de culpabilité ». L'élu des Hauts-de-Seine a estimé que sans cette règle, « il y aurait une instabilité gouvernementale ». Darmanin visé par une deuxième plainte : "Si le Premier ministre ne faisait plus confiance en Gérald Darmanin, il ne serait plus ministre ce matin (...) Est-ce que ça vient perturber le débat public ? Evidemment oui", déclare Gabriel Attal, porte-parole de LREM #8h30politique pic.twitter.com/V2RBJ4ex08— franceinfo (@franceinfo) February 15, 2018Alors que beaucoup d'observateurs ont souligné qu'après cette deuxième plainte contre Gérald Darmanin, pour abus de faiblesse cette fois, le soutien d'Edouard Philippe à son ministre avait été moins appuyé, Gabriel Attal a démenti. « Si le Premier ministre ne lui faisait plus confiance, il ne serait plus ministre ce matin », a-t-il affirmé.A gauche, ceux qui ont pris la parole ce jeudi matin étaient aussi très mesurés. Sur Europe 1, l'ancien ministre socialiste ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer