Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Plainte en France sur le patrimoine du gouverneur de la Banque centrale libanaise
AFP03/05/2021 à 17:14

Le gouverneur de la banque centrale du Liban, Riad Salamé, et quatre membres de son entourage sont visés par une plainte en France de l'ONG Sherpa et d'un collectif libanais qui les accusent d'avoir constitué frauduleusement un riche patrimoine en Europe, ont annoncé les deux associations lundi.

Riad Salamé, son frère Raja, son fils Nadi, son neveu et une proche collaboratrice à la banque centrale libanaise, Marianne Hoayek, sont visés par cette plainte.

Elle a été déposée le 30 avril auprès du parquet national financier par l'association Sherpa, qui lutte contre la grande délinquance financière, et par le "Collectif des victimes des pratiques frauduleuses et criminelles au Liban", constitué par des épargnants spoliés lors de la crise qui frappe le pays depuis 2019.

Cette plainte, consultée par l'AFP, réclame des investigations internationales pour "blanchiment et recel", "escroquerie", "pratiques commerciales frauduleuses" et "absence de justification de ressources", le tout en "bande organisée".

Les associations demandent à la justice d'enquêter sur la fuite massive de capitaux libanais depuis le début de la crise, l'acquisition de patrimoine immobilier luxueux en disproportion avec les revenus des personnes visées, mais aussi sur la responsabilité des intermédiaires financiers, via des paradis fiscaux et des prête-noms.

Selon le document, rédigé par les avocats William Bourdon et Alice Lefebvre, "le patrimoine global" de Riad Salamé "dépasserait aujourd'hui les 2 milliards de dollars".

"Ses avoirs identifiés au Luxembourg atteignaient 94 millions de dollars en 2018", selon la plainte, qui s'appuie notamment sur les révélations du site libanais Daraj.com et les investigations d'une plate-forme, l'Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP).

Des chiffres que M. Riad a contestés, affirmant avoir constitué sa fortune à partir d'héritages et de sa carrière dans la finance.

Il est notamment propriétaire d'une luxueuse villa sur le front de mer à Antibes (Alpes-Maritimes).

Riad Salamé, son frère et Mme Hoayek font déjà l'objet d'une enquête en Suisse. Selon le quotidien Le Temps, les investigations décortiquent plus de 300 millions de dollars de mouvements de fonds opérés par les deux hommes entre le Liban et la Suisse.

Le Liban connaît depuis 2019 sa pire crise économique depuis la guerre civile (1975-1990), avec notamment une dégringolade de sa monnaie nationale et des restrictions bancaires interdisant les transferts bancaires à l'étranger.

Depuis une quinzaine d'années, la justice française, poussée par des ONG, s'est saisie de plusieurs dossiers dits des "biens mal acquis" qui visent le patrimoine en France de dirigeants étrangers, notamment africains ou moyen-orientaux, potentiellement acquis avec de l'argent public détourné.

Un nouveau mécanisme, destiné à permettre la restitution aux populations spoliées des avoirs confisqués par la justice française, est en cours d'examen par le Parlement.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer