Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Piqûre de rappel pour Jean-Marc Ayrault au Conseil du PS

Reuters13/04/2013 à 19:09

JEAN-MARC AYRAULT TENTE DE RASSURER

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault s'est efforcé samedi de rassurer des socialistes désarçonnés par l'affaire Cahuzac et dubitatifs sur la politique de l'exécutif en s'en prenant à la droite et en reprenant l'esprit du discours du Bourget de François Hollande.

L'irruption peu après d'une cinquantaine de salariés de PSA Aulnay lors du Conseil national du Parti socialiste, à Paris, a toutefois sonné comme un rappel au réel pour le Premier ministre, dont la ligne est contestée par l'aile gauche du PS.

"Aucune usine ne doit fermer, interdiction des licenciements !", ont scandé les ouvriers juchés sur la scène, pendant de longues minutes, avant de réclamer une médiation dans le dossier de la fermeture de l'usine d'Aulnay.

"J'ai vécu ça comme une piqûre de rappel salutaire", a dit aux journalistes le député Jérôme Guedj, l'un des animateurs de la gauche du PS. "Il y a une violence sociale, le rôle du PS c'est d'être aux côtés des salariés".

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, n'a pas vu dans cette action le signe qu'un fossé se soit creusé entre l'exécutif et sa base électorale.

"Je vois la difficulté, je vois la colère. Mais ce qui m'a frappé, c'est que leur demande est celle de la médiation, du dialogue", a-t-il dit.

Pour le député Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, la venue des salariés de PSA, qui ont déjoué les services de sécurité, montre qu'ils considèrent le Parti socialiste comme "une bouée de sauvetage".

Le PS n'en traverse pas moins des turbulences, la contestation de la politique d'austérité imposée aux yeux de l'aile gauche par Bruxelles allant grandissant.

Après trois ministres, trente députés réunis au sein d'un nouveau courant, Gauche populaire, ont lancé vendredi un appel "contre l'austérité qui conduit aux populismes", réclamant une confrontation avec la chancelière allemande Angela Merkel.

L'ESPRIT DU BOURGET

Devant les militants, Jean-Marc Ayrault a rejeté comme l'avait fait déjà fait mercredi François Hollande tout changement de cap économique ou budgétaire au nom d'une gauche réaliste qui ne veut pas subir le joug des marchés financiers.

Pour Emmanuel Maurel, l'un des leaders de la gauche du PS, "le Premier ministre a tenté de renouer avec le souffle de l'esprit du Bourget", lorsque le chef de l'Etat, alors en campagne électorale, avait désigné le monde de la finance comme son principal adversaire.

Le Premier ministre a répété que la détention par l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac d'un compte occulte en Suisse était la faute d'un seul homme et que lui-même avait cru jusqu'au bout qu'il s'agissait d'une "rumeur sans fondement".

Il a également rejeté les critiques portées en particulier par le président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone sur la transparence des parlementaires annoncée par l'exécutif pour moraliser la vie publique.

"J'entends dire que la publication des patrimoines aurait pour conséquence la montée du populisme. Je crois tout l'inverse", a-t-il lancé, soulignant que 25 pays sur 27 en Europe avaient déjà créé cette obligation.

"Et c'est en France que le Front national progresse. C'est de l'opacité que se nourrit le populisme parce que l'opacité est la porte ouverte à tous les fantasmes", a-t-il ajouté.

Jean-Marc Ayrault, qui avait dès son arrivée appelé la droite à ne "pas tomber dans la radicalisation" après une manifestation violente vendredi soir contre le mariage homosexuel, a pris pour cible le président de l'UMP Jean-François Copé et à l'ex-Premier ministre François Fillon.

"Il n'y a pas de grande démocratie au monde pour accepter que le président d'un groupe ou d'un parti puisse cumuler cette mission avec celle d'avocat d'affaires", a-t-il dit. "Il n'y a pas de grande démocratie pour tolérer qu'un ancien Premier ministre tout juste redevenu parlementaire offre ses services comme consultant pour des intérêts privés."

Pour le Premier ministre, la droite n'a pas envie de progresser en matière de moralisation de la vie publique et "préfère détourner l'attention."

En réponse aux hebdomadaires mettant en avant la "faiblesse" ou l'impuissance de l'exécutif, le Premier ministre a répondu : "J'entends dire que le Président de la République ou le gouvernement feraient preuve de faiblesse."

"Mais quel est ce pouvoir si faible qui s'affronte au pouvoir de l'argent en imposant (...) le même barème d'impôt pour les revenus du capital et ceux du travail ? Quel est ce pouvoir si faible qui tient tête aux puissants en limitant leurs rémunérations indécentes ?"

Gérard Bon, édité par Marine Pennetier


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.