Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pierre Moscovici confiant dans un compromis franco-allemand

Reuters08/05/2012 à 16:31

Pierre Moscovici confiant dans un compromis franco-allemand

PARIS/BERLIN (Reuters) - Pierre Moscovici, proche du président élu François Hollande et ancien ministre des Affaires européennes, s'est déclaré confiant, mardi, dans la conclusion d'un compromis franco-allemand sur la croissance malgré l'inflexibilité affichée par le gouvernement conservateur outre-Rhin.

Réagissant lundi à la victoire du candidat socialiste à la présidentielle, la chancelière Angela Merkel a promis d'accueillir son futur interlocuteur "les bras ouverts" mais réitéré son refus de renégocier le pacte budgétaire et affiché sa défiance vis-à-vis d'éventuelles mesures de soutien à la croissance, hormis des réformes structurelles comme la libéralisation du marché du travail.

François Hollande a annoncé qu'il se rendrait à Berlin très rapidement après sa prise de fonctions prévue le 15 mai, pour rencontrer la chancelière.

"Ils se parleront, il faut qu'il y ait une explication de fond entre les deux chefs d'Etat. L'intention de François Hollande est claire et elle n'a pas changé: c'est de réorienter la construction européenne dans un sens qui soit plus favorable à la croissance", a déclaré Pierre Moscovici sur RTL.

"La petite expérience que j'ai de ces affaires - j'ai été ministre des Affaires européennes pendant cinq ans -, c'est qu'on trouvera un compromis. Et je suis persuadé que les choses partent bien, le climat entre François Hollande et ses interlocuteurs européens est franchement très bon", a ajouté le député PS du Doubs.

L'ÉCONOMIE FRANÇAISE DANS UN "ÉTAT PRÉCAIRE"?

A Berlin, Peter Altmaier, chef de file des élus chrétiens-démocrates (CDU) réputé proche de la chancelière allemande, a estimé que le prochain gouvernement français n'aurait qu'une marge de manoeuvre très limitée en matière de politique budgétaire en raison de la "précarité" de l'économie et des finances de la France.

"L'économie de la France et les finances du pays demeurent dans un état précaire", a-t-il dit à des journalistes, s'avouant déçu par l'élection du socialiste à la présidence française.

"Tout pays qui essaierait de mener une politique de relance en accroissant ses déficits se mettrait très vite les marchés à dos et verrait ses taux d'intérêt augmenter", a-t-il ajouté. "Il n'y a aucune marge de manoeuvre."

François Hollande a notamment promis pendant sa campagne d'augmenter le salaire minimum, de créer 60.000 postes dans l'éducation et de revenir sur le recul de l'âge de la retraite.

Le président élu a également placé en tête de ses priorités européennes la renégociation du traité sur la discipline budgétaire signé en mars par 25 des 27 pays de l'Union européenne afin d'y insérer un volet sur la croissance.

Dans le même temps, son programme prévoit un retour à l'équilibre budgétaire en 2017.

Le discours du futur président français sur la nécessité d'associer croissance et rigueur budgétaire a toutefois un nombre croissant d'alliés, de tous bords.

La Maison blanche a ainsi fait savoir lundi que Barack Obama considérait le panache équilibré entre consolidation budgétaire et mesures de relance de la croissance comme le meilleur moyen de sortir l'Europe de la crise de la dette.

"Le débat opposant consolidation budgétaire et croissance est un faux débat. Dans le contexte économique actuel de faible croissance et d'endettement élevé, nous n'avons pas le choix, il faut aller vers les deux objectifs simultanément", a de son côté souligné à Bruxelles Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires.

Noah Barkin, Andreas Rinke, Tangi Salaün, Matthias Blamont et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.