1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pierre Buhler : « En Afrique, la culture est un levier essentiel de développement »
Le Monde18/03/2019 à 18:00

Acteur majeur de la diplomatie d'influence, l'Institut français renforce son soutien aux industries culturelles sur le continent, explique son président.

Ambassadeur de France en Pologne de 2012 à 2016, Pierre Buhler préside depuis 2017 l'Institut français, établissement public chargé des relations culturelles internationales et lieu majeur de la diplomatie d'influence. Présente sur les cinq continents, l'institution entretient avec l'Afrique des relations particulières et décline de façon croissante une présence économique « avec le développement des industries culturelles et créatives ». Pierre Buhler, auteur de La puisance au XXIe siècle (CNRS éditions), analyse cette mutation en cours dans un entretien accordé au Monde Afrique.

L'Afrique tient une place de choix dans la diplomatie française. Peut-on dire la même chose de sa diplomatie culturelle ?

Pierre Buhler: Dans la droite ligne du discours de Ouagadougou du 28 novembre 2017, le chef de l'Etat a dessiné une nouvelle diplomatie dont la dimension culturelle est significative. Aussi l'Institut français affiche-t-il, pour la part qui lui revient, une ambition renouvelée dans sa relation au continent africain. Cela passe notamment par un accent mis sur la jeunesse, une plus grande proximité avec les publics et une approche plus économique, avec le développement des industries culturelles et créatives.

La politique de développement est désormais clairement pensée comme un levier de lutte contre le terrorisme. En est-il de même pour la culture ?

« Il faut proposer une alternative aux discours toxiques et montrer que derrière les arts, il y a une création de valeur. »...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer