1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Philippe tente de clore un nouveau débat sur le voile islamique
Reuters15/10/2019 à 17:02

PHILIPPE TENTE DE CLORE UN NOUVEAU DÉBAT SUR LE VOILE ISLAMIQUE

PARIS (Reuters) - Edouard Philippe s'est efforcé mardi de clore une nouvelle polémique sur le port du voile islamique par les accompagnatrices de sorties scolaires en réaffirmant la primauté de la loi ainsi que la nécessité de combattre les "dérives communautaires".

Gouvernement et majorité se sont divisés ces derniers jours après le débat né des récriminations d'un élu du Rassemblement national contre une mère voilée qui accompagnait des élèves au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

Les propos du ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, jugeant après cet incident que "le voile en soi n'est pas souhaitable dans notre société" ont été approuvés autant que critiqués par des ministres et des élus de la majorité.

Lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, Edouard Philippe a rappelé que le voile islamique était interdit à l'école mais que la loi n'interdisait pas son port par des étudiantes ou des mères accompagnant les sorties scolaires.

"On peut porter un voile quand on accompagne une sortie scolaire mais on n'a pas le droit de faire du prosélytisme et les autorités peuvent et doivent intervenir si tel est le cas", a-t-il dit, affirmant qu'en la matière, la loi n'avait pas besoin d'être changée.

"Je ne pense pas pour ma part que l'enjeu aujourd'hui ce soit de faire une loi sur les accompagnants scolaires", a-t-il déclaré en réponse à une proposition de loi en ce sens des parlementaires Les Républicains.

"L'enjeu (...) c'est de combattre efficacement, et avec le soutien de l'ensemble de nos concitoyens, les dérives communautaires", a ajouté le Premier ministre. "Le danger de la déscolarisation est bien plus grand, bien plus immense que l'expression d'une liberté aujourd'hui reconnue par la loi."

(Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)

20 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gendrefr
    15 octobre20:50

    au moins on sait pour qui ne bossent pas ce gvt: les français

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer