Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Philippe Streiff : "Plus de 200 personnes conduisent à l'aide d'un joystick"

RelaxNews26/09/2012 à 10:43

Philippe Streiff au volant de sa BMW GT5 équipée d'un joystick dédié à la conduite. All rights reserved

(Relaxnews) - L'ancien pilote de F1 Philippe Streiff, devenu tétraplégique après un accident en essais, détaille pour Relaxnews la manière dont il a développé un véhicule entièrement adapté à son handicap.

Aujourd'hui Conseiller technique handicap auprès de la Délégation à la sécurité et à la circulation routières, il raconte comment il a contribué à élaborer une automobile entièrement dédiée à son handicap, qu'il utilise quotidiennement en toute sécurité.

Relaxnews : Dans quelle mesure avez-vous participé à l'élaboration des équipements aujourd'hui intégrés à votre voiture de tous les jours (conseils, tests, etc.) ?
Philippe Streiff : C'est lors de mon séjour au Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape en Bretagne, après mon accident [lors des essais du Grand Prix F1 du Brésil, à Rio de Janeiro, le 15 mars 1989 -ndlr], que nous avons eu l'idée, avec le médecin directeur du centre, le Dr Michel Busnel, d'équiper un véhicule école, une Renault Espace II à conduite anglaise, avec volant et pédales à droite, d'un joystick à la place du conducteur, à gauche, cela avec l'aide technique de Jean-Daniel Kempf, gérant de la société K-Automobilité à Paris 15e.

Je me déplaçais, à l'époque, sur un fauteuil roulant électrique, que je manipulais déjà avec un joystick. Alors pourquoi ne pas adapter une voiture ainsi ? Après trois années (de 1991 à 1994) d'études, de conception et d'essais en double commande, soit près de 100.000 km, j'ai passé le premier permis mini-manche au monde, en 1995, en emmenant l'Inspecteur de la préfecture de Nanterre (92) dans cette voiture, que nous avons ensuite offerte, avec Renault, à l'Hôpital Raymond-Poincaré de Garches, en tant qu'auto-école.

Depuis, plus de 200 personnes conduisent à l'aide d'un mini-manche. Nous avons d'ailleurs, au Centre de ressources et d'innovation mobilité & handicap (CEREMH), situé sur le circuit de Versailles-Satory au sein du Pôle de Compétitivité automobile MOV'EO, un véhicule école Kia Carnival à plancher bas avec une rampe d'accès afin de permettre à une personne en fauteuil roulant électrique de conduire directement depuis celui-ci, sans transfert.

R. : Combien coûte ce type de véhicule et à qui s'adresse-t-il ?
P.S. : Qui peut le plus peut le moins. Ce système de conduite adaptée convient à tous les handicaps (tétraplégie, myopathie, amputation, etc.). Nous avons même réussi à faire conduire Philippe Croizon, amputé des 4 membres, qui a réussi son pari de relier les cinq continents à la nage, le 18 août dernier ! Le coût, en fonction du handicap, peut varier de 15.000euro(s) à 30.000euro(s).

R. : Quelles contraintes ce type de conduite procure-t-elle ? Est-elle par exemple parfaitement sécurisée en cas de manoeuvre soudaine à effectuer (chien qui traverse, chaussée glissante...) ?
P.S. : Le joystick est équipé d'une assistance hydraulique et le conducteur peut réagir, sans contraintes particulières, dans les mêmes conditions qu'avec un système de conduite traditionnelle.

R. : Comment imaginez-vous les évolutions à venir ? Que vous manque-t-il aujourd'hui comme aide pour "ressentir" les sensations d'un conducteur lambda ?
P.S. : Depuis que je suis devenu ambassadeur pour BMW France, j'ai la chance de conduire une BMW GT5 à conduite mini-manche, et je peux mesurer à quel point les nouvelles technologies (caméras, systèmes d'aide à la conduite, etc.) peuvent apporter une aide aux personnes handicapées. Aujourd'hui, j'actionne actuellement le démarrage, le klaxon ou les vitres avec ma main gauche. Les prochaines améliorations que je souhaiterais apporter à cette voiture seraient les commandes vocales pour toutes les annexes de l'habitacle, telles que le chauffage, la climatisation, le GPS, etc.

Le site internet de Philippe Streiff : philippe.streiff.com


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.