Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Peut-on vraiment dire que le meilleur camembert du monde est québécois ?

Le Parisien19/03/2018 à 15:32

Peut-on vraiment dire que le meilleur camembert du monde est québécois ?

Sur le papier, c'est une défaite cinglante pour le camembert français. Samedi, une coopérative canadienne, Agropur, installée à Saint-Hubert au Québec, a décroché le titre de meilleur camembert au monde lors d'un concours international, le World Championship Cheese Contest, organisé dans le Wisconsin, aux Etats-Unis. Depuis, l'annonce ne cesse de faire réagir au pays du fromage. Mais dans les faits, ce titre est un peu exagéré.Fleuron français, le camembert est pourtant bien international. Son nom est tombé dans le domaine public et peut être utilisé par tout le monde. A moins de respecter quelques critères énoncés par Légifrance : « Pâte légèrement salée avec moisissures superficielles. Cylindre plat de 10,5 à 11 centimètres de diamètre, 110 g par pièce, affiné ». Il peut donc y avoir un camembert québécois, italien ou russe.Un camembert industrielMais « l'Extra », le camembert vainqueur, n'est pas élaboré avec du lait cru, mais avec du lait pasteurisé, et il n'est pas non plus moulé à la louche. Un camembert industriel, qui n'a donc rien à voir donc avec le traditionnel fromage de la ferme.Ce point est d'ailleurs très sensible en France. Durant près de dix ans, industriels et producteurs normands de camembert se sont bagarrés autour de l'appellation du camembert. Les industriels, comme Lactalis, incapables de respecter les critères pour obtenir l'appellation protégée « Camembert de Normandie » établie par l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), ont longtemps affiché leurs produits sous le nom de « Camembert fabriqué en Normandie ». LIRE AUSSI > Etiquetage de fromages : les camemberts normands contre-attaquent Les concours, outils de « communication »En février dernier, une solution a enfin été trouvée : un cahier des charges unique d'ici 2021 pour permettre à tous d'appeler leur camembert « Camembert de Normandie ». Mais ses critères ne plaisent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.