1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Peut-on réformer l'Education nationale?
Le Parisien30/08/2019 à 09:43

Peut-on réformer l'Education nationale?

Des profs en grève, refusant d'assurer la surveillance des épreuves du baccalauréat ou de corriger les copies. La fronde de juin dernier contre le projet de réforme du bac de Jean-Michel Blanquer a, certes, décontenancé le ministre de l'Education nationale par sa forme inédite - et radicale -, mais elle n'a surpris personne sur le fond.Cet examen qui, en 2019, a mobilisé 744 000 candidats et 174 000 correcteurs pour 4 millions de copies, est un totem. Parmi ses prédécesseurs, Jack Lang l'avait qualifié de « monument historique » en 2000 et Xavier Darcos, de « rite de passage » en 2002.Qui s'y frotte s'y pique. Il suffit de regarder la liste des projets avortés depuis une trentaine d'années pour s'en convaincre. Les ministres successifs, Lionel Jospin (dès 1988), Claude Allègre, François Fillon et Xavier Darcos ont tous tenté de faire évoluer le diplôme en y intégrant une dose de contrôle continu. Tous ont dû reculer devant la mobilisation, souvent massive, des professeurs et des lycéens.De quoi nourrir l'idée selon laquelle, en France, l'Education nationale n'est pas réformable. Et cela ne se cantonne pas au bac.Baisse de niveau et montée des inégalitésPourtant, l'école aurait bien besoin d'évoluer. Les nombreuses études réalisées au cours des dernières décennies attestent une baisse de niveau des élèves, en comparaison avec les générations précédentes, dans certaines spécialités, notamment le français. « On constate un décrochage en orthographe. A contrario, les acquis dans d'autres disciplines, comme l'économie, sont meilleurs », nuance la sociologue Marie Duru-Bellat.Le plus inquiétant est ailleurs. Dans un contexte mondialisé, l'école française est larguée. Distancée par Singapour (1er), l'Estonie (3e), le Vietnam (8e) ou le Royaume-Uni (15e), elle n'émerge qu'à la 27e place du dernier classement Pisa, en 2015. Cette enquête internationale fait référence : ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M363422
    30 août11:01

    Quand on s'indigne sans avoir la moindre compétence, que seule l'ignorance est mobilisée on finit dans le non sens 78 ou pas

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer