Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Petroplus met en vente la raffinerie de Petit-Couronne

Reuters20/01/2012 à 16:13

PETROPLUS MET EN VENTE SA RAFFINERIE DE PETIT-COURONNE

PETIT-COURONNE, Seine-Maritime (Reuters) -

Le groupe suisse Petroplus a annoncé vendredi le lancement du processus de vente de sa raffinerie française de Petit-Couronne, près de Rouen (Seine-Maritime), en précisant qu'il continuait d'envisager "toutes les autres options".

A trois mois de l'élection présidentielle, le dossier a pris un tour politique en France, où le gouvernement assure qu'il fait le maximum pour maintenir l'activité.

L'opération s'annonce compliquée dans un contexte de diminution du nombre de raffineries en fonction, Petit-Couronne étant qui plus est considérée comme une des moins profitables de France par les experts du secteur.

Comme les autres raffineries françaises, le site qui emploie 550 salariés produit principalement de l'essence, alors que trois quarts des automobilistes français utilisent du diesel.

"Nous avons mené avec l'ensemble de la filière pétrolière, et un certain nombre de repreneurs potentiels, des contacts", a dit vendredi le ministre de l'Energie, Eric Besson.

"Je demande au PDG de Petroplus (...) qu'il nous aide à favoriser la reprise par un repreneur maintenant", a-t-il ajouté, sur RTL. "L'objectif du gouvernement, c'est clairement la reprise d'activité la plus rapide possible."

Eric Besson devait recevoir le PDG Jean-Paul Vettier vendredi après-midi et il verra les syndicats mardi.

"L'ambiance est plutôt bonne car la vente est la première étape qu'il fallait franchir", a déclaré une élue CGT de Petroplus. "Nous ne sommes pas déclarés en faillite, et ça c'est plutôt une bonne nouvelle. Apparemment, il pourrait y avoir plusieurs repreneurs intéressés."

ÉCHEC POUR LINDSEY, FERMETURE DE DUNKERQUE

La préoccupation principale de l'intersyndicale CGT, CFDT, CFE/CGC est aujourd'hui la recherche d'un successeur à Petroplus.

"Actuellement, il y a des dossiers de repreneurs, mais on ne veut pas se faire balader. Jusqu'à présent, on a été gentils. Si on voit qu'il n'y a rien, on va entendre la voix des Petroplus", dit Yvon Scornet, trésorier CGT du comité d'entreprise.

"Au moins maintenant, les choses sont claires", a déclaré de son côté Laurent Patinier, délégué CFDT de l'usine, lors de l'assemblée qui réunit chaque jour depuis le début du mois la plupart des 550 salariés.

Le secrétaire général du syndicat Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, s'est inquiété de la réduction de l'activité de raffinage en France. "Je crains que petit bout par petit bout, on n'ait plus de raffinerie dans notre pays ou qu'il en reste une ou deux", a-t-il dit sur LCI.

En raison des difficultés économiques, le secteur est passé de 12 raffineries en fonctionnement en France en 2010 à huit en 2012. Les raffineries fonctionnant normalement actuellement appartiennent pour cinq d'entre elles à Total, deux à Exxon Mobil et une à Ineos-PetroChina.

D'autres raffineries plus performantes que celle de Petit Couronne, comme la raffinerie Lindsey de Total en Grande-Bretagne, n'ont pas trouvé de repreneur au bout d'une mise en vente qui a duré deux ans. Le groupe français a interrompu la mise en vente fin 2011 en attendant un contexte plus propice.

Total avait annoncé la fermeture de sa raffinerie de Dunkerque en 2010 après avoir échoué à trouver un repreneur. Le groupe s'est par la suite engagé à ne fermer aucune autre de ses raffineries en France avant 2015.

Petroplus a précisé qu'il examinait également les "alternatives stratégiques" pour les raffineries d'Anvers et de Cressier (Suisse).

Début janvier, le groupe, qui a perdu 415 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de son exercice 2011, avait annoncé la mise à l'arrêt de ces trois raffineries, provoquant la colère des syndicats.

Marc Parrad, avec Jean-Baptiste Vey et Muriel Boselli à Paris et Katie Reid à Zurich, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.