1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pétrole: la production de l'Opep stable en avril malgré une baisse en Iran
AFP14/05/2019 à 15:05

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu sa production quasi inchangée le mois dernier, une baisse en Iran ayant été compensée par une hausse de la part d'autres producteurs.

La production totale du cartel a atteint 30,031 millions de barils par jour en avril (mbj), en repli de seulement 3.000 barils par jour (b/j) par rapport à mars, selon des sources secondaires (indirectes) citées dans son rapport mensuel.

Cette quasi-stabilité fait suite à une forte chute au mois de mars et masque des situations très différentes.

L'Iran, frappé par des sanctions américaines, a ainsi vu sa production chuter de 164.000 b/j le mois dernier. Les Etats-Unis ont décidé fin avril de resserrer encore la vis sur le pays en annulant les exemptions qui permettaient à certains pays de poursuivre leurs échanges de pétrole brut avec Téhéran.

L'Arabie saoudite a aussi poursuivi sa réduction volontaire, avec une nouvelle baisse de 45.000 b/j. Le royaume, chef de file du cartel, n'a ainsi produit que 9,742 mbj en avril, contre 10,311 mbj en moyenne l'an dernier.

Mais ces baisses ont été compensées par d'importantes hausses en Irak et au Nigeria le mois dernier.

La production a aussi progressé en Libye, en dépit des combats, et a quelque peu rebondi (de 28.000 b/j) au Venezuela après une chute dans ce pays en mars sur fond de pannes d'électricité géantes.

L'Opep et ses partenaires, dont la Russie, limitent actuellement volontairement leur production afin de soutenir les cours sur les marchés. Ils décideront fin juin de renouveler ou non leur accord.

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Jermaup
    14 mai21:57

    Difficile de ne pas voir dans le destin funeste d'Aubrey McClendon fondateur de Chesapeake Energy, l'allégorie d'un secteur où l'argent coule à flots depuis des années mais sans rentabilité. Aubrey McClendon était le premier à avoir cru à la fracturation hydraulique, il s'est suicidé en 2016.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer