1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pesticides : en absence d'accords locaux, l'Etat imposera des «zones de non-traitement»
Le Parisien29/08/2019 à 14:14

Pesticides : en absence d'accords locaux, l'Etat imposera des «zones de non-traitement»

La question de l'épandage de produits phytosanitaires près d'habitations fait débat en France cet été, notamment après les arrêtés anti-pesticides pris par certains maires. Invité sur CNews jeudi matin, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a prévenu : l'Etat imposera des « zones de non-traitement » si aucun accord local est trouvé. « Nous mettons en place des chartes départementales, des chartes territoriales dans lesquelles les riverains, les agriculteurs, les élus, sous l'autorité du préfet, doivent se mettre d'accord pour les zones d'épandage, a-t-il expliqué. S'ils n'arrivent pas à se mettre d'accord, alors nous mettrons en place ce qu'on appelle des zones de non-traitement. Le Conseil d'Etat nous l'a demandé. »Protéger les riverains des pesticidesUn exercice de démocratie locale auquel le ministre n'a pas précisé de limites dans le temps. « Si au bout d'un champ, il y a un mur ou une haie, il n'y a pas de problème pour continuer à épandre, même si [à terme] nous voulons sortir des pesticides » a-t-il indiqué. Il a également évoqué, de manière très floue, la possibilité d'une zone de « deux » à « cinq » mètres autour des habitations.Mardi, au micro de France Inter, la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne avait annoncé « un projet de nouvelle réglementation » pour instaurer une « zone minimale entre les épandages et les habitations ». Elle a également dit partager « totalement la préoccupation du maire de Langouët ». .@Elisabeth_Borne: "Je partage totalement la préoccupation du maire de Langouët: je mettrai en consultation dans les prochains jours un projet de nouvelle réglementation [sur les pesticides]" #le79Inter pic.twitter.com/c6ZQoQLS6G-- France Inter (@franceinter) August 27, 2019 Daniel Cueff, l'élu d'Île-et-Villaine avait pris un arrêté interdisant l'utilisation de pesticides à moins de 150 mètres des ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer