1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Payez ce que ça vaut» : dans cet hôtel, c'est vous qui fixez les prix !
Le Parisien22/08/2019 à 19:06

«Payez ce que ça vaut» : dans cet hôtel, c'est vous qui fixez les prix !

A l'Hôtel de l'Europe, situé dans le centre historique de Rouen (Seine-Maritime), le client est tellement roi qu'il a le privilège de fixer lui-même le prix de la nuitée. Jusqu'au 31 août, le patron, inspiré par un concept marketing britannique, propose l'opération Payez ce que vous pensez que ça vaut.Dans six petites chambres doubles à la décoration très travaillée sur les 24 que compte l'établissement trois étoiles, les hôtes sont invités à estimer le tarif au moment de régler l'addition. Avec tout de même une somme plancher de 50 euros. « Certaines chambres peuvent valoir le double », précise le maître des lieux Georges-André Piat, 59 ans, aux commandes depuis un quart de siècle de cette maison bien notée sur la Toile (4,2 sur Google, 4 sur Tripadvisor).Il y voit un bon moyen de s'offrir un bon coup de pub. Mais pas seulement. « Le numérique a tué le contact direct. C'est l'occasion de recréer du lien entre l'hôtelier et ses clients donc, parfois, de se remettre en question. J'ai envie qu'ils me demandent pourquoi on a choisi telle ou telle décoration. Ils vont faire marcher leur imagination et on verra s'il y a une cohérence entre ce qu'on a créé et le prix que le consommateur est prêt à dépenser », décrypte-t-il.Une offre... qui ne trouve pas son publicLes chambres à prix libres, baptisées Flower power, Culture pop ou Vibrations, après avoir été relookées par des street-artistes se réservent exclusivement sur le site Internet de l'hôtel ou à sa réception. L'initiative lancée le 15 juillet n'a, pour l'heure, étonnamment pas conquis les foules. « Les gens ne sont sans doute pas au courant ou ils craignent de ne pas être capables d'évaluer l'offre », souligne le directeur.« Le grand paradoxe » aux yeux de Georges-André Piat, c'est que les six chambres en question ont « été bien louées » cet été via le site de réservation en ligne Booking.com à la ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer