1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Payer ses cotisations avec son IRFM : De Rugy ne serait pas le seul
Le Point19/07/2019 à 09:35

L'affaire de Rugy serait-elle finalement assez commune ? Épinglé pour avoir utilisé son indemnité de représentation de frais de mandat (IRFM) pour payer ses cotisations à son parti, le désormais ancien ministre de la Transition écologique pourrait ne pas être le seul parlementaire à avoir usé de cette pratique pourtant interdite au sein de l'Assemblée nationale, révèle Le Parisien. François de Rugy aurait en effet payé ses cotisations à Europe Écologie-Les Verts avec son IRFM, avant de les déduire de son impôt sur le revenu.Lire aussi Les derniers jours de François de RugyMais malgré son caractère illégal, cette pratique pourrait être bien plus répandue qu'on ne le croit. La Haute Autorité de contrôle de la transparence de la vie publique (HATVP) veille au grain, mais en fait-elle assez ? En novembre dernier, cette instance créée à la suite de l'affaire Cahuzac en 2013 a déféré devant le Parquet national financier (PNF) quinze parlementaires et anciens élus qu'elle soupçonne d'avoir utilisé leur indemnité à des fins personnelles ou de manière illégale. Selon Le Parisien, Jean-Christophe Cambadélis est par exemple dans le viseur de la HATVP pour le paiement de sa cotisation. Comme l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste, d'autres élus pourraient mériter d'être épinglés selon l'autorité administrative.Des élus bien silencieuxLe silence de certains parlementaires après les révélations de Mediapart étonne. Au...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer