1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paul Manafort, l'ex-chef de campagne de Trump, en prison jusqu'à son procès
Le Parisien15/06/2018 à 20:12

Paul Manafort, l'ex-chef de campagne de Trump, en prison jusqu'à son procès

Une juge fédérale à Washington a révoqué vendredi la liberté conditionnelle de l'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, accusé de tentative de subornation de témoin dans l'enquête russe. Cette décision représente une victoire pour le procureur spécial Robert Mueller, qui soutenait que l'incarcération de Paul Manafort était nécessaire pour qu'il n'influence pas des témoins à son procès à venir. LIRE AUSSI > Etats-Unis : où en est l'enquête de Mueller contre Trump ?Paul Manafort doit comparaître cet été devant la justice pour blanchiment, fraude fiscale et bancaire et lobbying illégal. Il dément toutes les charges qui le visent.Selon Robert Mueller, Paul Manafort a ces derniers mois essayé de façon répétée de téléphoner ou d'envoyer des SMS à deux de ses anciens associés, dans l'objectif d'obtenir grâce à eux un tournant favorable de l'enquête en cours. « Je ne peux pas faire la sourde oreille face à ces accusations », a justifié à l'audience la magistrate Amy Berman Jackson. «Vous avez trahi la confiance placée en vous il y a six mois», a ajouté la juge fédérale, citée par BuzzFeed. La magistrate a rejeté une requête de l'avocat de Paul Manafort, qui suggérait qu'elle restreigne les contacts possibles de son client. « On n'est pas au collège. Je ne peux pas confisquer son portable », a rétorqué la magistrate. L'enquête russe est entrée dans sa deuxième année, sans apporter pour l'instant une preuve écrasante d'une collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Trump. Le tournant pourrait être l'éventuelle audition de Donald Trump, dont les conditions sont âprement négociées par la Maison Blanche. Trois sociétés et une vingtaine de personnes -dont 13 Russes accusés de manœuvres visant à altérer l'élection et quatre collaborateurs de Donald Trump- ont été inculpées dans le dossier. Les investigations tentaculaires dépassent les frontières des Etats-Unis et portent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer