Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Patrons gourmands et syndicats méfiants sur le pacte

Reuters27/01/2014 à 20:26

LE MEDEF DEMANDE AU GOUVERNEMENT 60 MILLIARDS DE BAISSE DE PRÉLÈVEMENTS

par Julien Ponthus et Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Des syndicats méfiants et un patronat gourmand ont exposé lundi des visions diamétralement opposées du "pacte de responsabilité", jugé vital par François Hollande pour endiguer un chômage toujours en hausse fin 2013, malgré ses promesses.

Les premières consultations visant à mettre en oeuvre ce plan de 30 milliards d'euros, dont le Medef réclame le doublement, ont démontré que le dialogue social ne serait guère aisé au moment où les chiffres publiés lundi montrent une courbe du chômage toujours ascendante.

"La seule conclusion qu'il convient de tirer c'est que plus que jamais le pacte de responsabilité est maintenant un devoir qui engage tout le gouvernement", a dit le président lors d'une conférence de presse en Turquie organisée quelques heures avant l'annonce officielle de la hausse du chômage en décembre.

Reçues par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, Force ouvrière et la CGT ont dénoncé l'absence de contreparties demandées au patronat en échange d'une baisse des cotisations.

"C'est un marché de dupes", a estimé Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO.

"On n'est pas capable d'obliger une entreprise à embaucher, pas plus qu'on ne peut l'empêcher de licencier", a-t-il déclaré après que le secrétaire général de la CGT eut lui aussi dénoncé un dispositif jugé trop favorable au patronat.

"Il apparaît qu'aucune contrepartie n'est aujourd'hui inscrite entre le président de la République et le Medef", a dit Thierry Lepaon, regrettant le "deal" entre le chef de l'Etat et le président du Medef, Pierre Gattaz.

Le pacte de responsabilité prévoit d'ajouter d'ici 2017 10 milliards d'euros de baisse de cotisations sociales aux 20 milliards d'euros de baisses d'impôts déjà consentis aux entreprises via le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).

60 MILLIARDS, "UN BON OBJECTIF"

Alors que les syndicats s'inquiètent d'un possible "chèque en blanc" offert aux patronat, le Medef estime quant à lui que les 30 milliards d'euros proposés par le gouvernement sont insuffisants pour changer la donne sur le terrain.

L'organisation évalue à 116 milliards d'euros le montant des prélèvements à supprimer pour que la France comble son écart de compétitivité avec l'Allemagne et crée un million d'emplois.

"Nous pensons que de prendre la moitié comme objectif en 2017 serait un bon objectif, soit 60 milliards qu'on pourrait répartir entre 35 milliards du côté du coût de travail et 25 milliards en abaissement de taxes et d'impôts", a déclaré Pierre Gattaz, le président de la principale organisation patronale.

Ce dernier, qui se refuse à toute obligation de résultat en terme d'emplois même s'il a évoqué la possibilité d'en créer un million, a enjoint l'exécutif à baisser les dépenses publiques bien au-delà des 50 milliards prévus entre 2015 et 2017 afin de financer l'allègement du fardeau fiscal des entreprises.

"La baisse de la dépense publique pour alléger les entreprises françaises, c'est la clé de voûte de tout le dispositif du pacte", a dit Pierre Gattaz.

Les financements supplémentaires réclamés par le Medef ont été sévèrement critiqués par les syndicats.

"LE JEUX DE LA SURENCHÈRE"

"C'est le jeu de la surenchère (...) je crois qu'à un moment donné dans un contexte de crise il faut être sérieux", a estimé Carole Couvert, présidente de l'organisation syndicale des cadres CDE-CGC.

"Moi je m'y perds dans les chiffres du patronat", a ironisé le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, pour qui le Medef prend le risque de torpiller la mise en oeuvre du pacte.

"La balle est dans le camp du patronat et si le patronat ne comprend pas que pour aider les entreprises il faut aussi que celles-ci s'engagent à des embauches (...), eh bien nous aurons une impasse", a dit le chef du syndicat réformiste.

Le gouvernement n'a pour l'heure pas l'intention de fixer un objectif obligatoire d'embauches mais Jean-Marc Ayrault a assuré à la fin des concertations de lundi qu'il demanderait aux entreprises "des contreparties en matière d'emploi, en matière de formation en alternance, en matière de qualité de l'emploi, en matière d'investissement en France".

Le Premier ministre a ajouté qu'il annoncerait jeudi soir, au terme de nouveaux entretiens, sa "méthode" pour mettre en oeuvre le pacte de responsabilité.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.